Massakory : l’effondrement du château d’eau suscite des réactions

0
12

A Massakory, le nouveau château d’eau qui n’est même pas réceptionné provisoirement vient de s’écrouler ce lundi 13 avril 2020, laissant une population dans l’émoi. Jusque-là l’incompréhension est totale.

Le site du château d’eau situé à l’écart de la ville continue d’enregistrer des visites. Les habitants de Massakory viennent constater physiquement le « drame ». Les autorités locales ont décidé d’interdire l’accès au site par précaution. L’écroulement du château n’a pas fait des dégâts humains mais le mystère demeure.

Population en colère

La population ne décolère pas, souvent avec des propos dures envers le bailleur, l’Union Européenne, qui a financé la construction de ce château et l’entreprise qui a exécuté les travaux.

“L’entreprise est la seule responsable. La mairie de Massakory doit déposer une plainte contre cette entreprise en question”

Abakar Ali Molimi

« Voilà les conséquences d’un travail mal fait. Il faut  donner à César ce qui est à César, à Dieu ce qui est à Dieu. L’injustice mène toujours les choses au malheur » dénonce Ali Grène Youssouf un habitant de Massakory. « L’entreprise est la seule responsable. La mairie de Massakory doit déposer une plainte contre cette entreprise en question » soutient Abakar Ali Molimi un ressortissant de Massakory.

Par contre d’autres accusent le donateur d’avoir attribué le marché à une entreprise « peu qualifiée ». « C’est un amateur qui construit le château. Sinon vous constatez très facilement que le travail est mal fait. L’on se demande comment une institution comme l’Union Européenne connue pour sa rigueur dans l’attribution des marchés puissent confier la construction du château à une entreprise moins qualifiée. C’est désolant de voir cette situation venir de l’Union Européenne » Mahamat H. un responsable local.

Dans tous les cas, l’ambassadeur de la délégation de l’Union Européenne au Tchad, M. Bertrand Soret dans un tweet indique que son institution « suivra attentivement pour comprendre ce qui s’est passé et déterminer les responsabilités ». Il renseigne que ce château d’eau n’avait pas encore été réceptionné (même pas provisoirement).

Le tweet du patron de l’UE au Tchad n’est pas passé inaperçu. Beaucoup d’internautes Tchadiens reprochent à cette institution d’avoir attribué le marché de construction de ce château à une entreprise incompétente. « La sélection des contractants doit être faite sur la base de qualification technique précise et le suivi-contrôle des travaux qui doivent être réguliers. Même si le château n’a pas été réceptionné, cela fait ressortir les manquements en matière de suivi-contrôle » charge Mme Aziza Abachir, en réponse au tweet de l’ambassadeur Bertrand Soret.

https://twitter.com/AlbachirAziza/status/1249694359617966083
https://twitter.com/AlbachirAziza/status/1249696560188919810

Sur le terrain, le premier constat fait ressortir que les matériels utilisés pour la construction du château ne correspondent pas aux normes édictées. Un ancien ingénieur de l’entreprise en charge de la construction qui a commencé les travaux au début avant d’être déposé pour sa rigueur dans le travail confirme effectivement que les matériels ne respectent pas les normes. Selon lui, la piste de mauvaise qualité des matériaux est plausible.  

Leave a Reply