L'ONU appelle à ne pas oublier la République centrafricaine et son peuple

GENEVE, 1 er août (Xinhua) – -Un haut responsable de l’ONU a lancé jeudi un avertissement sur l’état critique des institutions étatiques de République centrafricaine, qui demeurent proches d’un « effondrement total », et a exhorté la communauté internationale à ne pas abandonner cette nation marquée par le conflit.

« Le gouvernement de transition récemment nommé, et de nature plutôt inclusive, reste très faible. Bien que la situation à Bangui se soit quelque peu améliorée, l’Etat n’existe tout simplement pas en dehors de la capitale et il n’y a pas d’état de droit », a déclaré le secrétaire général adjoint aux droits de l’homme Ivan Simonovic, au terme de sa visite de quatre jours dans le pays.

« Au-delà de Bangui, il n’y a ni police, ni système judiciaire, ni services sociaux. La sécurité est pratiquement inexistante et la population vit dans un état de peur permanent. Je suis particulièrement préoccupé par le nombre important de membres de la Séléka qui, ne recevant aucun salaire, installent des barrages dans les rues, demandent de l’argent ou pillent les maisons », a déclaré le secrétaire général adjoint.

« L’ampleur des pillages et des destructions que j’ai pu observer est choquante. Lorsque j’ai visité la salle du tribunal de Bambari, je n’ai trouvé qu’une pièce vide sans fenêtre et aux portes défoncées, dont le sol était jonché d’une couche épaisse de restes d’archives et de registres. En République centrafricaine, les institutions étatiques, y compris judiciaires, ressemblent aujourd’hui à cette salle de tribunal », a déclaré Ivan Simonoviv.

Tout en soulignant que le nombre total de victimes restait indéterminé, le secrétaire général adjoint s’est rendu à Bambari, sur un site qui constitue probablement une fosse commune, bien que cela doive encore faire l’objet d’une enquête. Des membres de la communauté locale ont indiqué que des victimes avaient été sommairement exécutées, sans pouvoir indiquer avec certitude l’ identité des auteurs.

La situation chaotique du pays a un impact sur la vie quotidienne des populations dans tous ses aspects, a noté le Secrétaire général adjoint de l’ONU. Les écoles publiques sont fermées depuis décembre dernier et moins de vingt pour cent des services de santé sont opérationnels, a-t-il observé.

« Le conflit en République Centrafricaine ne doit pas tomber dans l’oubli, pour trois raisons principales : ce conflit va continuer de causer des souffrances à une grande partie de la population ; les divisions ethniques et religieuses vont s’en trouver accentuées ; et un conflit prolongé risque de déstabiliser la région au sens large », a averti Ivan Simonovic.

« Restaurer la sécurité est essentiel pour ramener une forme de normalité dans l’ensemble du pays, éviter l’approfondissement des divisions ethniques et religieuses, et pour faciliter la réconciliation nationale », a-t-il dit.

« Le désarmement, l’intégration et la formation conjointe d’ un nombre limité d’éléments des anciennes forces de sécurité et de la Séléka, qui ont été certifiés afin d’exclure les personnes coupables de violations de droits de l’homme, est la voie à suivre. Cependant, cela ne permettra pas de résoudre le problème du vide sécuritaire qui prévaut actuellement », a indiqué le secrétaire général adjoint.

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :