Le Tchad bénéficie de 11 millions de dollars pour ses besoins humanitaires

Le Tchad bénéficie de 11 millions de dollars pour ses besoins humanitaires

Le Fonds central de réponse d’urgence (CERF) octroie 11 millions de dollars américain au Tchad pour limiter ses besoins humanitaires. Cette enveloppe sera injectée dans plusieurs projets dans le pays.

Pays en proie à la crise humanitaire et nutritionnelle, le Tchad bénéficie de 11 millions de dollars américain du Fonds central de réponse d’urgence (CERF) pour faire face à ses besoins. L’annonce est faite, ce 10 mai par un communiqué de presse publié par le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

C’est le sous-secrétaire général des Nations Unies, chargé des affaires humanitaires et coordonnateur des secours d’urgences, Mark Lowcock, qui a validé cette enveloppe. Ce financement vise à répondre aux besoins humanitaires sous financées des réfugiés, des populations hôtes au Sud, à l’Est ainsi que des personnes affectées par l’insécurité alimentaire et la malnutrition dans la bande sahélienne du pays d’ici à la fin de l’année.

A lire : la crise humanitaire au lac ne faiblit pas

Ce sont particulièrement plus de 460 000 réfugiés dont plus de 340 000 Soudanais à l’Est et 105 000 Centrafricains au Sud qu’accueille le pays qui sont concernés par cette enveloppe.

Il faut ajouter à ces bénéficiaires les communautés hôtes (près de 706 000 personnes) qui ont partagé leurs ressources avec ces réfugiés et plus de 206 000 personnes souffrant d’insécurité alimentaire dans la province du Wadi Fira.

En plus de cela, cette assistance permettra également de renforcer l’accès aux services essentiels pour les femmes et filles victimes de violences sexuelles basées sur le genre.

« Ces fonds arrivent au bon moment alors que le Plan de réponse humanitaire (HRP) est financé à moins de 10 pour cent. Il est rassurant de constater que le CERF continue de soutenir fermement le travail difficile de la communauté humanitaire au Tchad », se réjouit le Coordonnateur Humanitaire au Tchad, M. Stephen Tull.

Laisser un commentaire