Le poisson de saison “Garga” rare et cher

Le poisson de saison “Garga” rare et cher

Certains ménages Ndjamenois sont en manque de leur poisson préféré de la saison des pluies: le poisson communément appelé Garga n’abonde pas sur les marchés en ce moment. Un tour dans les marchés de la capitale et au bord du fleuve Chari nous a permis de voir le Garga disponible en très petite quantité.

Ce poisson qui fait le bonheur des Tchadiens pendant la saison des pluies est rare sur le marché, en petite quantité, quasi absent des plats des consommateurs. Les facteurs qui expliquent cette carence sont entre autres, selon les personnes rencontrées : l’interdiction de la pêche dans les zones de providence que sont Farcha et Milezi, et les pêches antérieures qui ont ramassé les poissons jusqu’aux œufs. Pendant ces années, les pêcheurs utilisaient les filets à petites mailles. En ce moment, le peu qui se vend sur les marches est extrêmement cher en comparaison au prix habituel, disent les consommateurs. Mais les marchandes se disent obligées de fixer le prix ainsi, car selon elles, ça vient d’ailleurs et le prix d’achat est tellement élevé qu’elles n’ont pas le choix que faire ainsi. Pour le moment les tas de six Garga est vendu à 500 FCFA. En attendant de voir une amélioration dans ce sens, les uns demandent la levée de l’interdiction de pêche dans les zones de providence de N’djamena, pour permettre aux pêcheurs de s’en sortir autant que les ménages. Les autres souhaitent une supervision de la pêche pour la réguler.

2 Commentaires

  1. Yves djimadoum demou
    15 juillet 2016 at 12 h 30 min Répondre

    Ouf!mes chers journaliste non, puisque si elle quel chose est rare elle doit être aussi cher alor cela m’étonné pas.

  2. Avocksouma Djona
    17 juillet 2016 at 10 h 35 min Répondre

    A mon avis c’est le dernier facteur qui est à incriminer, à savoir: les pêches antérieures qui ont ramassé les poissons jusqu’aux œufs alors que les pêcheurs utilisaient les filets à petites mailles. Les poissons qui sont actuellement à Farcha ou aux environs de la présidence finissent toujours par remonter vers le sud. Les poissons évoluent toujours à contre courant et les garga ont besoin des plaines pour pondre leurs oeufs et s’approvionner en nourritures essentielles. Est-ce un problème du niveau des eaux? Peut-être qu’il n’est pas encore trop tard. Dans tous les cas, sans garga, nous il manquera toujours quelque chose d’essentiel à des pauvres comme nous.

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :