Les forces tchadiennes de la MISCA quittent Bangui pour le Nord de la Centrafrique

BANGUI, 24 décembre (Xinhua) — Les forces tchadiennes au sein de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (MISCA), une force panafricaine, ont commencé à quitter Bangui mardi pour le Nord du pays, au lendemain d’une marche anti-tchadienne dans la capitale centrafricaine, au cours de laquelle un civil centrafricain a été tué et d’autres blessés par ds tirs de ces soldats puis d’un accrochage avec les forces burundaises lundi, a- t-on appris de source sécuritaire.

D’un effectif de 850 homes, ces forces, qui composaient auparavant la Force multinationale de l’Afrique centrale (FOMAC), une force d’interprosition déployée depuis plusieurs années par les pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) pour le maintien de la paix en Centrafrique, sont accusées de complicité dans les meurtres et les pillages commis par les ex-rebelles de la Séléka (aujourd’hui au pouvoir) sur la population.

Selon le commandement de la MISCA placée sous l’autorité du général camerounais Martin Tumenta Chomu et les responsables sécuritaires centrafricains, leur déploiement dans le Nord de la Centrafrique participe cependant d’une simple organisation de la mission de sécurisation et de pacification du territoire de ce pays d’Afrique centrale plongé dans le chaos depuis la prise du pouvoir de Michel Djotodia le 24 mars à Bangui.

“Les Tchadiens de la MISCA et les Camerounais sont envoyés vers le Nord du pays. Il ne s’agit pas d’un retrait total, mais c’est dans le cadre du travail”, a declaré à Xinhua le colonel Christian Narkoyo, commandant de la gendarmerie mobile centrafricaine et ancien porte-parole militaire de la Séléka.

Lundi déjà, le général Tumenta Chomu a faist savoir que la mission des soldats tchadiens dans le Nord de la Centrafrique vise une plus grande efficacité dans les opérations de désarmement des groupes armés et des milices, dont les ex-Séléka y compris les groupes d’autodéfense villageois anti-Balakas (anti-machettes) hostiles au pouvoir de Michel Djotodia.

Le retrait des forces tchadiennes de la capitale a toutefois provoqué des jets de pierres de la population des quartiers du Nord sur leurs véhicules.

“Nous voulons une fois de plus dire non aux Tchadiens. Qu’ils partent, c’est tout”, s’est insurgé Viviane Ngopot, habitante du quartier Gobongo, dans cette partie de la ville.

Par ailleurs, les ressortissants tchadiens au profit desquels les autorités de N’Djamena ont annoncé l’établissement d’un pont aérien sur l’aéroport international de Bangui M’Poko pour leur rapatriement suite à l’hostilité manifestée, ont commencé à quitter eux aussi la Centrafrique.

Devant leur ambassade mardi, plusieurs centaines de personnes, des femmes, des jeunes et des enfants, attendaient leur évacuation.

“Je réside à Bangui depuis 19 ans. Je suis obligé de partir car, nous sommes devenus cibles de la population à cause des soldats tchadiens en Centrafrique”, a regreté Aroum Moussa, l’un d’eux.

Selon une source de la MISCA, seuls les soldats burundais (850 hommes) et congolais de la République démocratique du Congo (même nombre) resteront à Bangui avec les forces françaises de l’ opération Sangaris.

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :