dimanche 26 septembre 2021

Fabrication des briques : un business qui permet de joindre les deux bouts

ENTREPRENEURIAT – Le business des briques est l’une de ces activités génératrices de revenus qui emploie une bonne partie de personnes démunies. Reportage.

À N’Djamena, les bas fond et bordures des fleuves sont pris d’assaut par ces personnes, en majorité jeunes, qui creusent ces endroits pour cueillir la terre nécessaire à la production des briques qu’ils vendent après.

Pour fabriquer des briques, il faut de la terre, de l’eau et de la paille comme matière première. L’on peut acheter tout comme les chercher et ramasser à l’état naturel. La plupart des jeunes démunis, optent pour la seconde possibilité quand il s’agit de trouver la terre. Le plus souvent, ils identifient des espaces publics comme les bordures des fleuves, lacs ou mares d’eau, pour creuser la terre qui sert à la fabrication des briques. Et cela se passe en saison sèche.Les quartiers réputés pour cette activité sont entre autres Gassi, Boutalbagar et Walia.

Un travail à la chaîne où chaque maillon est indépendamment rentable. La fabrication, le transport et la cuisson des briques sont les grandes phases de cette activité.

Pour fabriquer les briques, les jeunes pétrissent la terre, la moulent et la laisse sécher. Après cela, ils taillent les bordures avant de les mettre en vente. “1 000 briques coûtent entre 10 000 et 12 500 fr“, nous apprend un fabricant.

Élèves, étudiants ou diplômés sans emploi, ils sont nombreux à s’adonner à ce travail pendant leurs heures perdues. Chadrak est l’un d’eux : “je fabrique ces briques parce que je n’ai pas de soutien financier donc je ne peux faire autrement. Je fabrique en matinée et dans l’après-midi je suis à l’école.

Ces jeunes font savoir qu’ils font face à une sorte d’impôt qu’ils versent aux chefs de secteur ou chef de carré. Le montant oscille entre 3 000 à 3 500F, pour 1 000 briques fabriquées.

Des jeunes chargent des briques pour la livraison

Une fois les briques vendues, place au transport vers le site de commande. Un moment qui nécessite une autre main d’oeuvre. Le prix se discute en fonction du moyen employé et la distance entre le site de fabrique et le domaine de l’acheteur. Les moyens de transport utilisés à cet effet sont entre autres le porte-tout, la charrette ou des vieux Pick-up 404. Pour 1 000 briques, le transport peut coûter entre 6 000 et 15 000F. Voire plus.

La cuisson des briques est la dernière étape pour ceux qui veulent bien avoir une construction durable. Elle fait également appel à des spécialistes de la chose. Ces derniers ont aussi leur prix à proposer et négocier.

La fabrication des briques, bien qu’informelle, nourrit une bonne franche de la population, surtout des jeunes. Ce qui atténue d’une part la crise du chômage.

Moïse Dabesnehttps://carnetdemoise.wordpress.com
Vous informer, à travers des articles limpides et conformes à la ligne éditoriale de votre journal Tchadinfos, c'est un devoir sacré pour moi. Merci pour votre attachement ! Je suis Moïse. Journaliste de la 46ème promotion de l'École Supérieure des Sciences et Techniques de l'Information et de la Communication (ESSTIC) de Yaoundé au Cameroun. Rejoignez-moi sur ma page Facebook également Moïse Dabesne

Laisser un commentaire

économie

Chari-Baguirmi : les inscriptions au CP1 gratuites et obligatoires dès la rentrée scolaire (gouverneur Gayang Souaré)

Le gouverneur de la province du Chari-Baguirmi a clôturé ce samedi 25 septembre 2021 le forum d’échanges sur le système éducatif à Massenya. Les...

Tchad : action de salubrité dans les locaux du ministère de la Justice

L’association Future team en partenariat avec l'association Lest's Do it et la mairie de N’Djamena, ont donné ce matin, un coup de balai au ministère...

Recevoir la newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour ne rien rater de l’actualité tchadienne.

Publicité

Publicité SoGe Sidebar

SOGE 3

Sondage

Que voudriez-vous voir plus souvent sur Tchadinfos.com ?
422 votes · 423 réponses

Application Tchadinfos.com

Publicité