Lundi 17 mai 2021

Enseignement supérieur : arriéré de salaire et manque de subvention risquent de faire sombrer l’université de Doba

L’université de Doba construite avec les revenus du pétrole alloués à la région productrice (5%) dispose d’une belle architecture et d’une installation adéquate mais insuffisante. Voici sa situation, arriérée de salaire et manque de subvention.

Le recteur de l’université de Doba, Pr Mbainaibeye Jérôme a présenté la situation des arriérés de salaire du corps enseignant de son université. Selon lui, l’université de Doba totalise jusqu’à fin novembre 2018 5 mois d’arriéré, le mois de décembre est le 6ème.

“Il faudrait louer le courage et l’abnégation du corps enseignant qui, malgré tous ces mois d’arriérés continuent à travailler et à démarrer les cours pour l’année académique 2018-2019. Une motion spéciale d’encouragement est à donner au personnel enseignant et non enseignant contractuel qui attendent salaires et primes car dépendant uniquement de l’Université. Il faut rappeler que seul le mois de juillet est imputable à la subvention ordinaire qui est déjà épuisée.Les mois d’août à décembre  sont imputables à la subvention du pétrole. Tout le personnel est à bout du souffle.Il faudrait que les arriérés soient payées afin de leur permettre de se prendre en charge” nous confie le recteur.

Sur le plan énergétique, l’université de Doba dépend à 100% du groupe électrogène qui alimente l’établissement et le château d’eau. SIDIGUI  International est le  fournisseur de carburant et, en décembre, aura  9 mois d’arriérés de paiement de facture. “Si nous ne réglons pas leurs factures, ils vont arrêter de nous fournir le carburant, ce qui sera synonyme de l’arrêt des activités” avertit le recteur de l’université de Doba.

L’université de Doba bien construite n’a pas aussi des équipements et des consommables de laboratoire, “La faculté des Sciences et Techniques qui dispose deux parcours en Sciences biologiques et Sciences de la Terre et de l’Univers n’a pas d’équipements et de consommables de laboratoires pédagogiques”  se plaint le recteur de l’université de Doba.

Le nombre de bacheliers qui frappent à la porte de cette université  augmente chaque année mais la capacité d’accueil est insuffisante. L’université de Doba dispose d’un seul amphithéâtre dont la capacité est d’environ 500 places. Les salles de classe sont au nombre de 10 dont deux salles ont une capacité de 200 places et 8 ont une capacité de 120 places. Les cours sont de fois délocalisés : certains cours des niveaux 2 et 3 aux deux lycées publics de Doba et à l’Ecole Normale d’Instituteurs. Cependant, la disponibilité des salles dans ces établissements n’est pas toujours garantie. Il faudrait envisager la construction d’amphithéâtre et de salles de classe afin de renforcer la capacité d’accueil.

Ecobank 2

Laisser un commentaire

économie

Tchad : Abou Moussa, nommé conseiller diplomatique à la Présidence après plus de 30 ans de carrière à l’ONU

Agé de 71 ans, Abou Moussa est nommé ce 16 mai 2021 conseiller diplomatique à la Présidence de la République. Ce, après plus de...

Coup de cœur du week-end : Obie G dit stop à la violence faite aux femmes

Elles sont nombreuses ces femmes victimes de viol dans le monde. Cette pratique est récurrente en Afrique et surtout au Tchad. L’artiste et rappeur...

Recevoir la newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour ne rien rater de l’actualité tchadienne.

Publicité

Sondage

Que voudriez-vous voir plus souvent sur Tchadinfos.com ?
86 votes · 87 réponses

Application Tchadinfos.com

Publicité

Publicité canal Plus