Enquête : la SNE vend l’électricité à perte

Enquête : la SNE vend l’électricité à perte

ENERGIE-La société nationale d’électricité (SNE) fonctionne à perte. Alors que la production lui coûte 251 FCFA, elle la vend entre 85 et 125 FCFA soit un écart de 151 FCFA. Dans le cadre de dossier de Tchadinfos.com sur la SNE, voilà ce qui ressort sur le coût de production et le prix de vente de l’électricité au Tchad.

L’électricité demeure toujours une denrée rare au Tchad. La seule entreprise, notamment, la Société nationale d’électricité (SNE) ne couvre pas l’ensemble du territoire tchadien. Même N’Djamena, la capitale n’est pas totalement couverte. Cette société d’Etat se démêle pour offrir l’énergie, jusque-là uniquement avec le diesel. Ce fonctionnement trop coûté oblige la SNE à vendre l’électricité à perte. L’Etat, le propriétaire et mauvais payeur, supporte certaines charges de l’entreprise, mais les subventions tombent à compte-goutte.  

LIRE AUSSI : la société nationale d’électricité réclame de l’Etat plus de 100 milliards de francs CFA

La SNE vend l’électricité à 85 Fcfa les premiers 150 kilowatts et 125 Fcfa pour les autres. Or ce tarif ne reflète pas la réalité de la SNE. Le coût de production sortie centrale est estimé à 251 Fcfa. Il faut ajouter à cela, le coût d’exploitation et éventuellement la marge bénéficiaire. La SNE perd sur chaque kilowatt produit 151 Fcfa.

Cet écart constaté sur le prix doit être compensé par l’Etat pour permettre à la société de fonctionner normalement. L’écart compensatoire dégage un total attendu de l’Etat à fin août 2017 de 172 014 270 023 Fcfa. Il est supposé être compensé par l’État par la mise à disposition de gasoil afin de pouvoir alimenter les groupes électrogènes de la société. En valeur, la subvention en nature reçue à ce titre entre 2011 et Août 2017 s’élève à 118 123 238 673 Fcfa soit 69% de la somme attendue.

Il est clair que les subventions reçues en nature ne comblent pas les besoins de la société. Compte tenu de la stabilité des tarifs occasionnant un déficit chronique l’écart compensatoire attendu ne fait que croître parallèlement à la hausse de la production.

A part ces pertes qui sapent les efforts de la SNE, il y a également la fraude qui gangrène la société à un grand pourcentage. Les fraudes sont multiformes. Elles partent du piquage en directe, du tripatouillage des compteurs en passant par les fausses adresses, les branchements non recensés, les prises en charge non réglementées etc.

Même si l’on a tendance à toujours accuser la SNE ne pas honorer ses engagements vis-à-vis des consommateurs, avec des coupures intempestives, l’on doit aussi noter qu’elle fait beaucoup de sacrifice pour éviter que les Tchadiens surtout les populations vivant dans les grandes agglomérations ne soient pas privées d’énergie électrique. Pour les spécialistes en énergie, en plus d’un investissement conséquent dans le secteur, la seule porte de salut pour le Tchad, reste une prise de décision forte pour la transition énergétique avec un mix du solaire, de la biomasse, blende, du gaz et éventuellement d’interconnexion avec les pays voisins.

Laisser un commentaire