Education : Djimrassem Thalès propose des pistes de solution pour redresser l’école tchadienne

Education : Djimrassem Thalès propose des pistes de solution pour redresser l’école tchadienne

La crise actuelle de l’éducation au Tchad ne cesse d’inquiéter. Cette question a fait l’objet d’une conférence débat animée  par Djimrassem Thalès, doctorant en Sciences de l’éducation. A travers cette conférence, le philosophe de l’éducation a proposé des pistes de solution pour redresser l’école tchadienne.

L’éducation tchadienne vit une grande crise au point où l’on s’interroge sur l’avenir des jeunes qui sont les premières victimes de cette situation. Enseignants démotivés, élèves et étudiants désespérés, manque de matériels didactiques, mauvaise orientation, ce sont entre autres quelques problèmes qui plongent l’éducation tchadienne dans la crise. En plus de cela, l’application du bilinguisme dans les écoles se pose difficilement. Quelles sont les causes de ces problèmes ?

Le philosophe de l’éducation, Djimrassem Thales, a fait savoir lors de conférence qu’il a animée le mardi 30 octobre 2018 au Centre Loyola de N’Djamena que les causes de ces problèmes sont multiples. Le mauvais traitement des enseignants et le manque d’une bonne politique en la matière sont les premières causes de cette situation dont souffre l’éducation tchadienne. Pour résoudre ce problème, il propose que le gouvernement signe des contrats avec les lauréats des Ecoles normales d’Instituteurs (ENI) pour mettre définitivement fin au problème des maîtres communautaires qui manquent de formation didactique et pédagogique.

Aussi, Djimrassem Thales suggère l’instauration du bilinguisme de manière progressive en commençant par le primaire, car la façon dont le bilinguisme est appliqué maintenant ne suscite pas de l’engouement chez les apprenants. Dans la même veine, il pense que l’arrêté du ministère en charge de l’Education permettant l’accès en classe de 6ème sans aucune forme de concours est une idée qui favorise davantage la baisse de niveau.

Etant donné que l’éducation est une affaire de tous, il est urgent que tout le monde s’engage pour sortir l’école tchadienne de cette crise.

2 Commentaires

  1. Adomti Madjidé
    13 juin 2019 at 9 h 48 min Répondre

    Bjr à tous! L’éducation est le levier de tout processus de développement. ” Le changement de l’humanité commence par l’éducation des enfants” un peuple bien éduqué même sans ressources naturelles peut bien se développer en allant chercher chez les autres. C’est le cas de la France, du Burkina Faso… qui portent mieux. La Chine faisait l’agriculture en dehors de territoire national pour ramener et nourrir sa population. Raison pour la plupart des pays du monde investissent lourdement dans le domaine de l’éducation avant tout autre domaine. Le jour d’aujourd’hui aucun pays du monde n’a pu former ses enfants en thèse de doctorat, ce qui n’est pas le cas au pays de toumaï voire le Master 2 recherche c’est lamentable. Chers gouvernants œuvrons avec insistance dans le secteur éducationnel pour un Tchad fort et brillant comme les autres. Monsieur les de l’enseignement secondaire et supérieur, le Tchad a besoin des docteurs et professeurs de haut renommé pour le service de son développement car seule l’éducation pourra booster ces paradigmes de défaillances majeures. Adomti Madjidé, titulaire d’un Master 2 recherche en géographie économique, Université de Ngaoundéré.

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :