Économie : le Tchad à l’offensif pour charmer des investisseurs arabes

Économie : le Tchad à l’offensif pour charmer des investisseurs arabes

Après la grande mobilisation à Paris en France pour le financement de son Plan national de Développement (PND), le Tchad se lance à la conquête du monde arabe pour booster son économie. Analyse sur les potentialités que présente ce pays.

En effet, le forum Tchad-Monde Arabe est organisé conjointement par le ministère de l’Économie et de la Planification du développement avec l’appui de la Banque Arabe pour le Développement Économique en Afrique (BADEA). Il offre de nouvelles perspectives de financement pour l’économie et les opérateurs nationaux et s’inscrit dans la suite logique de la table ronde de Paris.  Il constitue une opportunité pour accroître les possibilités de financement du PND en privilégiant le financement des projets structurants.

Ce forum vise à promouvoir l’investissement arabe au Tchad pour soutenir la diversification des bases de l’économie nationale. Les organisateurs espèrent élargir, densifier et diversifier le champ des relations économiques, commerciales, financières et les opportunités d’affaires entre le Tchad et les pays arabes participants.

Sur la base des opportunités et des potentialités naturelles du pays, attirer les investissements en provenance des pays participants pour financer la promotion et la diversification de l’économie dans un intérêt réciproque et bénéfique pour les parties concernées. Dans sa volonté de donner une impulsion nouvelle à son économie, le Tchad privilégie les principes du Partenariat public privé (PPP), des Investissements Directs Etrangers (IDE), du transfert de technologie et l’assistance technique.

LIRE AUSSI : Forum Tchad-Monde Arabe : “Soyez rassurés, vous êtes au bon et au meilleur endroit”, Idriss Deby Itno

En tout cas, le pays dispose de toutes les potentialités pour se faire vendre si les actions suivaient les annonces officielles.

L’agriculture représente plus de 23% du PIB. La plus grande volonté politique est d’en faire le moteur de l’économie. Le Tchad est le plus grand pays d’élevage de la Communauté économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale (Cemac). Son savoir-faire traditionnel unique est reconnu et la qualité de sa viande est recherchée dans l’ensemble de la sous-région. Le Tchad dispose du Lac-Tchad alimenté par les fleuves Chari et Logone; des lacs Léré, Fitri, Iro et compte de nombreux fleuves et cours d’eaux très poissonneux. Avec plus de 150 000 tonnes, le pays est le premier producteur de poisson d’eau douce d’Afrique Centrale. Le secteur de la pêche présente un véritable potentiel de création de richesse.

Les besoins énergétiques du Tchad sont très peu satisfaits et la demande va croissante. Le pays regorge de potentialités de développement d’énergie verte avec le photovoltaïque et l’éolien qui lui permettront grâce aux mix énergétiques d’atteindre son indépendance dans ce secteur. Développer les infrastructures, c’est garantir une croissance intégrée qui profite à tous. Les besoins en infrastructures de transport (aérien, chemin de fer, route, fluvial) et irrigation sont importants. Les centres urbains au Tchad font face à des défis d’assainissement, de traitement de déchets et de logement importants.

 Pour le logement par exemple et au niveau national, le déficit est estimé à plus de 350 000 unités. Ceci représente en moyenne un besoin annuel de 21 000 unités et le chi­ffre est en progression. La réponse à ces énormes besoins constitue de grandes opportunités d’investissements.

LIRE AUSSI : Forum Tchad – Monde arabe : une opportunité d’investissement et de financement pour la relance économique

Le secteur des mines au Tchad est encore très peu exploité ; il regorge de possibilités non négligeables. La mise en place d’une Société Nationale des Mines et de Géologie (SONAMIG) en charge de la structuration et du développement du secteur, l’adoption du code minier et la mise en valeur industrielle des di­fférentes filières va fortement contribuer à la diversification de l’économie et à la création de la richesse nationale. Il en est de même pour les activités de dragage favorisant l’industrialisation organisée de l’extraction et de la commercialisation des granulats, principaux matériaux de construction.

Les télécommunications et les technologies de l’information constituent de véritables leviers de croissance multisectorielle. Le Tchad est résolument engagé sur la voie de la révolution numérique et la demande reste grande, o­rant ainsi de nombreuses opportunités d’investissements.

Le Tchad, riche par son histoire et sa culture, est aussi doté d’une immense biodiversité. Véritable carrefour culturel continental, la terre de Toumaï, plus ancien hominidé découvert à ce jour, regorge d’atouts pour faire du tourisme une véritable alternative économique rentable pour la création de richesse. La diversification et la formalisation des activités productrices au Tchad doivent nécessairement s’accompagner d’un développement de l’écosystème financier. De nouvelles structures devront s’implanter pour financer l’économie : cela est d’autant plus opportun que les améliorations du climat des aff­aires apportent une sécurité aux investissements et le taux de bancarisation encore faible du pays laisse une marge de croissance pour les acteurs.

Au Tchad, l’accroissement de la population va s’accompagner d’une augmentation des besoins en termes de services éducatifs, services de santé et agrandir le marché en lien avec ces derniers. Toute cette nouvelle dynamique présage d’une augmentation du poids des services dans l’économie et constitue de ce fait une aubaine pour les investisseurs en quête de nouveaux débouchés.

Laisser un commentaire