vendredi 22 octobre 2021

Économie : “Clando” le business ou l’entreprise des jeunes chômeurs tchadiens

A N’Djaména, la difficulté d’avoir un emploi stable pousse les jeunes à épouser des ”petits métiers”. En masse, ils s’adonnent par exemple à la location des motos pour être ”clandoman”.

Entre la galère et la difficulté d’avoir un emploi, des jeunes n’djaménois, s’adonnent à une activité risquée mais tout de même juteuse. Il s’agit d’être conducteur de moto-taxi. Ces jeunes sont visibles dans les grands axes de la capitale avec un objectif commun : se faire de l’argent pour subvenir à leurs besoins.

L’un d’eux, Evarist allias Ricardo, est licencié en sciences de l’éducation. « Je suis arrivé à N’Djaména pour les études supérieures. Je ne vis pas avec mes parents donc depuis ma première année à la fac, c’est ce qui me permet de payer mon loyer, les documents et de venir au cours. Maintenant, à défaut d’un autre job, je me débrouille avec cette activité», confie-t-il, sereinement assis sur sa moto.

D’autres encore, à l’image de Guéryna, détenteur d’une licence en management des TIC, est à ses débuts. Tous les jours, au petit matin, il quitte la maison pour attendre les clients au bord des artères: « C’est depuis une semaine que j’ai commencé à faire le clando, mais j’avoue que ça m’avantage beaucoup », déclare Guéryna, à côté de la moto dame qu’il vient de louer.

“Quand c’est une moto neuve, on loue à 2500FCFA par jour

Avoir une moto personnelle à N‘Djaména, n’est pas chose aisée. Vu la difficulté d’avoir des moyens financiers pour s’en procurer, les jeunes se tournent vers la location. Les prix varient en fonction de l’état des motos. « Quand c’est une moto neuve, on loue à 2500FCFA par jour », explique Noudji-oudou Olivier.

Parfois, les deux parties se soumettent à un contrat qui permet au locataire de garder la moto après une longue période de location.

Le danger est permanent mais…

Dans l’exercice de cette activité, les jeunes conducteurs de moto-taxis font constamment face au danger.  Rentrer sain et sauf n’est pas toujours une évidence.Très vigilants, certains s’organisent pour rentrer avant 8 heures du soir. « la nuit, on ne sait pas vraiment qui est qui …les agresseurs sont partout et je ne veux pas risquer ma vie », dit Djimtébaye Adoum, clandoman depuis 6 mois.

Laisser un commentaire

économie

Tchad : les enseignants de l’université de Moundou menacent d’aller en grève

Les enseignants et chercheurs de l'Université de Moundou donne un préavis de grève aux autorités de ladite Université pour exiger la satisfaction de leurs...

Culture : le festival Promuda est prévu du 29 au 31 octobre

Lors d’une conférence de presse ce mercredi, 20 octobre, au palais du 15 janvier à N'Djaména, la compagnie Tchadiana artistique, en partenariat avec la...

Recevoir la newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour ne rien rater de l’actualité tchadienne.

Publicité

Publicité SoGe Sidebar

SOGE 3

Sondage

Que voudriez-vous voir plus souvent sur Tchadinfos.com ?
471 votes · 472 réponses

Application Tchadinfos.com

Publicité