Des établissements du supérieur fonctionnent en province en dépit de la grève

Le mot d’ordre de grève sèche et illimitée lancé par la plateforme syndicale revendicative pour réclamer au gouvernement le dégel des effets financiers des avancements et reclassements, les paiements des frais de transport, n’est visiblement observé qu’à N’Djamena.

Dans certaines provinces, la grève n’est pas suivie, sinon partiellement. Un enseignant vacataire exerçant à Mao dans la province du Kanem rapporte qu’ils font normalement cours. Pour lui, la grève ne concerne que les enseignants intégrés à la Fonction publique. Lui, est missionnaire et se dit ne pas être concerné. Il poursuit que la note appelant à la grève ne leur a pas été expédiée par le Syndicat national des enseignants et chercheurs du supérieur (SYNECS).

Même son de cloche à Abéché, chef-lieu de la province du Ouaddaï. Des étudiants des institutions universitaires telles que : Université Adam Barka (UNABA), Ecole normale supérieure (ENS) ou Institut national des sciences et techniques d’Abéché (INSTA) nous signalent que les contrôles, les sessions sont programmés ou composés comme d’habitude, même si les cours sont suspendus.

Le président du SYNECS, Guirayo Jérémie, temporise en précisant que les enseignants qui continuent de travailler actuellement sont des missionnaires qui sont partis en province pour évacuer leurs volumes horaires Après cela, ils regagneront leurs postes, qui généralement se trouvent à N’Djamena, conclut-il.

BACTAR Frank I.

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :