Débrayage Social : Trois organisations syndicales durcissent le ton

Débrayage Social : Trois organisations syndicales durcissent le ton

Lors d’une conférence de presse conjointement animée par l’Union des Syndicats du Tchad S(UST), la Confédération Indépendante des Syndicats du Tchad (CIST) et le Syndicat National des Enseignants Chercheurs du Supérieur (SYNECS) ce vendredi 14 octobre à la bourse de travail, les trois organisations syndicales  affirment entrer en grève de 18 mois si les 16 mesures sont appliquées par le gouvernement.

 « 18 mois d’exécution des 16 mesures égale à 18 mois de grève », c’est la conclusion de cette conférence de presse tirée par les réponses de ces trois organisations syndicales. Pour eux, la solution de cette crise ne réside pas dans ces 16 mesures. Cependant pour sortir de cette crise qui frappe de plein fouet le pays, les trois formations syndicales demandent au gouvernement de suspendre purement et simplement les mesures prises unilatéralement, et  de dialoguer avec les partenaires sociaux en vue de dégager les vraies mesures qui pourront résoudre définitivement le problème de cette crise financière et économique. Outre cette demande, ils proposent au gouvernement de : payer régulièrement les salaires à terme échu, les pensions des retraités, les bourses des étudiants et subsides des maitres communautaires et de payer les frais de transports au titre de congé régi par le décret N°567 de 2007, les primes des enseignants du supérieur et les primes des examens et concours ;

Pour les plateformes syndicales, si le gouvernement considère ces propositions, alors elles pourront éviter l’année blanche aux élèves, sauver les vies humaines dans les hôpitaux et relancer l’économie du pays.

Répondant aux questions des journalistes, le panel relève que cette situation est la résultante de la mauvaise gouvernance, des pillages des deniers publics. Et tout cela s’est fait au vu et au su du Président de la République qui est incapable de décider de l’arrêt de ce pillage à ciel ouvert. Le panel illustre ces propos par le discours du Président de la République lors de la fête du 1er décembre à N’Djaména. « S’il vous plait, arrêtez de voler… ».

2 Commentaires

  1. mbaindodjim
    15 octobre 2016 at 19 h 53 min Répondre

    hum!!! lamentable. et ça donne envie de verser les larmes.

  2. ALLADOUM BEASSEM CESAIRE
    16 octobre 2016 at 19 h 43 min Répondre

    C’est très honteux!

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :