Culture : Buravan a fait « Just dance » les N’Djamenois

Culture : Buravan a fait « Just dance » les N’Djamenois

Le lauréat du Prix Découvertes RFI 2018 a mis le show ce 27 février 2019 à l’Institut français du Tchad.
Les N’Djamenois et la communauté rwandaise de N’Djamena sont venus découvrir ce jeune talent.

« I love you », c’est la première parole que le docteur de l’amour Buravan a prononcé. Il a ouvert ainsi son tout premier concert au Tchad avec le titre With love. Face à un public majoritairement tchadien, l’artiste a tout donné pour créer un contact. Convaincu, le public a fondu en youyous et applaudissements et a repris certains des refrains durant le concert. Buravan a enchainé quelques titres puis Malaika. Une chanson qui « a illuminé sa carrière » d’après lui. Pour cause, c’est ce titre qui a fait de lui le vainqueur du Prix Découvertes RFI 2018. Sur ce titre, le public a accompagné Buravan avec les lumières des téléphones.   

Le spectacle s’est poursuivi avec des moments d’échanges avec les artistes tchadiens. Notamment le danseur Saleh Maina par des démonstrations de danse rwandaise sur le titre Just dance. Démonstrations qui n’ont pas manqué d’arracher un tonnerre d’applaudissements du public.  Le chanteur Abdoulaye Ndergué a rejoint Buravan sur scène pour chanter l’amour sur Ni njyé nawe.  Instant duel. Puis la chanteuse Matibaye Genéviève a fait pareil sur la mélodieuse chanson Oya. Moment featuring.

A lire: YouTube : ce qu’il faut savoir sur les tubes de Buravan, la star rwandaise attendue au Tchad

Le titre This is love, une musique très pop qui rappelle savamment l’influence de son modèle Michael Jackson. Ce titre a annoncé la fin du concert. Buravan en a profité pour présenter ses musiciens. Une équipe jeune puisque le pianiste, Emma n’a que 19 ans. Enfin le jeune chanteur rwandais a demandé au public de se lever pour danser sur la dernière chanson de la soirée Garagaza. Buravan quitte le podium avec ce mot : Rwanda.

L’importante communauté rwandaise, présente ce mercredi à l’IFT, a dansé et chanté. Une jeune femme rwandaise a lancé à la fin de ce concert : « Nous sommes si fiers de lui. »

Pourtant prévu à 19h30, le premier concert de l’année 2019 à l’IFT a débuté à 20H20. Après 1h30 de concert, c’est un public conquis qui est sorti de la salle de spectacle de l’Institut français ce 27 février 2019. Plusieurs personnes se sont procurées le CD de l’album de ce prodige à la sortie du concert.

Sa tournée dans les Instituts français du continent africain a débuté le 17 février à Bamako. Après N’Djamena, cap sur Niamey où l’artiste est attendu sur scène le 2 mars. Buravan, très ému, a promis de revenir au Tchad. Séance de rattrapage.

Laisser un commentaire