Coronavirus : une personne en quarantaine dénonce les conditions à l’hôpital de Farcha

Coronavirus : une personne en quarantaine dénonce les conditions à l’hôpital de Farcha

Un citoyen soupçonné de Covid-19 et mis en quarantaine à l’hôpital de Farcha a contacté nos confrères de la radio Dja Fm. Il dénonce le mauvais traitements dans ce centre.

Le patient mis en quarantaine à l’hôpital de Farcha a choisi de garder l’anonymat. Il lance un cri d’alarme sur le mauvais traitement des malades dans cet hôpital et la non application du délai de confinement de quatorze jours des personnes ayant eu des contacts avec les patients du covid-19.

D’après son témoignage il serait dénoncé par son voisin d’être en contact avec une personne suspectée de porter le virus du Covid-19. Il sera ensuite arrêté dans la ville de Bokoro en partance vers Mongo puis gardé depuis plus de deux semaines en quarantaine.  

« Selon le communiqué ministériel du 29 avril 2020 qui a donné le bilan, 31 malades ont été traités parmi lesquels 19 patients sont guéris, nous faisons partie des 19 guéris. Mais nous sommes actuellement confinés. Depuis le 9 qu’on est venu, conventionnement selon les normes du covid-19, la quarantaine est de 14 jours, quatre prélèvements ont été faits mais aucun résultat nous a été donné. Nous ne connaissons pas notre statut et certains qui étaient venus avant nous, ils ont été libérés. Moi particulièrement j’ai été arrêté à Bokoro en partance pour Mongo. J’ai été dénoncé par un voisin qui a dit que j’étais en contact avec un malade effectivement j’ai un voisin malade aussi. On m’a arrêté à Bokoro, évidemment on est cinq dans une voiture de marque Corolla avec le chauffeur, on a passé quatre jours, ils ont été libérés mais moi j’ai été gardé ».

Selon le témoignage de celui qui est mis en quarantaine, des prélèvements ont été faits mais aucun résultat n’a été présenté à ce dernier. Jusque là il demeure toujours confus.

« Les quatre prélèvements qui ont été faits, nous ne savons pas si nous sommes testés positifs ou pas, et si on est guéri, on ne sait pas. Nous informons notre famille, nos amis et l’opinion nationale du traitement dont on est victime. Si on est des cobayes, il faut qu’on dise notre statut, 21 jours on ne sait si on est malade ou pas, c’est trop quand même. Le communiqué a indiqué que des personnes ont été guéries, on ne se sait pas si on est parmi eux. Beaucoup ont quitté la quarantaine, certains qu’on est venu ensemble n’ont pas fait les quatorze jours comme promis » a t-il témoigné

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :