Chronique : à quoi comparer un supporter tchadien ?

Chronique : à quoi comparer un supporter tchadien ?

Une défaite prévisible pour les Sao je dirais puisque les Tchadiens eux-mêmes l’ont prédite. Tchadinfos.com a demandé le 4 septembre aux Tchadiens leurs pronostics sur le match qui allait opposer le Tchad au Soudan. Surpris ou pas, la majorité des joueurs ont prnostiqué pour la défaite des Sao. Quel supporter est le Tchadien ?

«Être un tchadien est une tâche complexe » nous dit le blogueur tchadien Annadjib. Moi je dis qu’être un supporter tchadien est une tâche plus que complexe, c’est une tâche suicidaire. Ce qu’importe la discipline. Mais le supporter des Sao football est exceptionnel. Il est cocktail de patience, de réalisme, de foi et de beaucoup de patriotisme.

Le supporter tchadien peut faire preuve de patience dans un rang dès 10h pour voir son équipe jouer à 15h. Tout cela en chantant l’hymne national sous un soleil comme on en connait à N’Djamena. Il sait que son équipe va perdre, oui il le sait parce qu’il l’a lui même pronostiqué la veille. Et il fait parfois sinon très souvent, comme pour ce match le bon pronostic. Le supporter tchadien n’est pas défaitiste, je dirais qu’il est réaliste. Surtout quand il voit la fédération nationale recruter un coach à 10 jours du match.

Mais le supporter tchadien est un homme de foi. Il espère toujours cet exploit ou ce miracle quand il se rend au stade Mahamat Ouya. Cette espérance est d’ailleurs la seule chose qui le pousse à supporter les bousculades sur les gradins, le soleil et les gaz lacrymogènes qu’il sait inévitables lors d’une rencontre à N’Djamena. Il est équipé pour supporter son équipe, le maillot, le drapeau et prêt à clamer le nom des joueurs de son équipe. Drôle mais le supporter tchadien est parfois le premier à quitter le stade quand son équipe encaisse deux buts sans en marquer.

Un supporter de l’équipe tchadienne de football lors du match Tchad-Soudan
Crédit photo: Digari Photographie

Le supporter tchadien a toujours mal quand son équipe perd même quand il sait qu’elle va perdre. On dit en Afrique qu’un homme ne pleure pas mais le supporter tchadien pleure à la fin de chaque match que joue son équipe. Je dirais que les gaz lacrymogènes sont une excuse pour cacher des larmes de peine qu’il n’ose pas verser. J’ignore où est-ce que le supporter tchadien trouve sa force pour continuer à supporter son équipe mais j’envie sa détermination.

Laisser un commentaire