jeudi 23 septembre 2021

Centrafrique : le Premier ministre démissionne suite à l'accord de paix de Brazzaville

Bangui – Le Premier ministre centrafricain André Nzapayéké a démissionné mardi, suite à l’accord de paix conclu fin juillet à Brazzaville entre protagonistes de la crise et censé relancer la transition dans le pays, a-t-on appris de source officielle.

La présidente de transition (Catherine Samba Panza) a demandé et obtenu du Premier ministre, chef du gouvernement de transition, sa démission et celle de son gouvernement pour permettre la mise en oeuvre effective des engagements émanant du Forum de Brazzaville, a annoncé un porte-parole de la présidence sur les ondes de la radio d’Etat.

Ces dernières semaines, la présidente avait préconisé à plusieurs reprises le réaménagement du gouvernement sur des critères de technocratie, de région et de compétence, mais qui intègrent aussi la dimension politique et les nouvelles donnes issues du forum de Brazzaville, a expliqué le porte-parole.

Elle avait annoncé que ledit réaménagement se ferait dans l’esprit de Brazzaville de large ouverture et de réconciliation nationale, a-t-il rappelé.

Sous la pression des pays de la région et de la communauté internationale, un fragile accord de cessez-le-feu avait été paraphé le 23 juillet dans la capitale du Congo voisin par des chefs de l’ex-rébellion Séléka et des délégués des miliciens anti-balaka, ainsi que par des représentants politiques, religieux et de la société civile.

Le gouvernement de transition, nommé fin janvier après l’élection de Mme Samba Panza, et formé surtout de techniciens, s’est avéré impuissant face aux bandes armées qui continuent de s’affronter dans le pays, et incapable jusqu’à présent de redresser un Etat failli depuis des décennies.

Début juillet, la France et l’ONU avaient déploré une transition en panne, et une situation politique nettement détériorée.

A Bangui, qui connaît une relative accalmie après les violences intercommunautaires de ces derniers mois, la composition du futur cabinet suscite depuis plusieurs jours de nombreuses interrogations concernant l’arrivée possible de représentants des groupes armés –ex-Séléka à dominante musulmane et milices anti-balaka majoritairement chrétiennes– dans le prochain gouvernement.

(©AFP / 05 août 2014 17h43)

Laisser un commentaire

économie

Le Burkina Faso contraint les entreprises minières à recourir à l’expertise locale

Le Burkina Faso a adopté mercredi, en Conseil des ministres, un décret qui accorde la préférence aux entreprises et personnes physiques burkinabè, pour tout...

Gabon : l’accès au palais présidentiel conditionné par la présentation d’une carte de vaccination contre la Covid-19

Pour avoir l'accès au palais présidentiel, il serait désormais obligatoire de présenter une carte de vaccination contre la COVID-19, selon un communiqué signé du...

Recevoir la newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour ne rien rater de l’actualité tchadienne.

Publicité

Publicité SoGe Sidebar

SOGE 3

Sondage

Que voudriez-vous voir plus souvent sur Tchadinfos.com ?
417 votes · 418 réponses

Application Tchadinfos.com

Publicité