Barh El Gazal : Birach et ses difficultés

Les habitants du village Birach dans le département de Bahr El Gazal sud, manquent des services de base tels que la santé, l’éducation, l’alimentation. Lors d’un mini atelier organisé par Oxfam ce 13 février, les habitants dudit village plaident pour une amélioration de leurs conditions de vie.


C’est une population qui pratique majoritairement l’élevage en raison de la disponibilité des pâturages, mais aussi la culture maraîchère. “Nous faisons cela pour combler le vide pendant la saison pluvieuse, et aussi pour subvenir à nos besoins alimentaires”, a indiqué le représentant des habitants de Birach, Ahmat Mahamat. Pendant la récolte, la déception est grande lorsqu’elle n’est pas bonne. “Beaucoup d’entre nous vendent leurs bétails. Les uns s’endettent. D’autres demandent de l’aide au près des personnes de bonne volonté au sein de la communauté pour résoudre leurs difficultés”, confie Ahmat Mahamat.

A Birach, l’accès à une alimentation de qualité et en quantité suffisante sur toute l’année est un défi majeur. ” Certains prennent un verre du thé pour toute une journée”, confie Ahmat Mahamat. Trouver de l’eau potable est presqu’un miracle dans ce village d’une centaine de ménages.

Parlant de l’éducation, seule une structure de trois salles de classe est construite par l’UNICEF et dispose de quatre maîtres communautaires. L’effectif des apprenants est estimé à 150 élèves . Les filles se limitent au primaire. Et le temps imparti pour l’année scolaire, qui est de 9 mois, n’est pas respecté. “L’année scolaire ici se limite autour de cinq et six mois car les cours commencent tard”, affirme Ahmat Mahamat. Les garçons, quant à eux, poursuivent leur parcours scolaire à Moussoro, chef-lieu de la province du Barh El Gazal.

Du côté de la santé, la situation est également très précaire. Une chambre d’un particulier a été transformée en centre de santé et géré par une seule personne. Cette structure manque quasiment de tout. Pas d’équipements adéquats pour le local, une insuffisance de médicaments et autres produits sanitaires.

“Nous avons besoin de l’eau potable, de centre de santé avec du corps soignantsl et des équipements médicaux”, lancent les habitants de Birach aux autorités.

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :