Affaire Zouhoura : Voici ce que dit l’expertise médicale

Affaire Zouhoura : Voici ce que dit l’expertise médicale

L’expertise médicale effectuée à la demande du tribunal pour déterminer l’âge exact de Zouhoura Mahamat Tahir, épouse du député Azzaï Mahamat Hassan, poursuivi pour mariage de mineure, ne semble pas définitivement départager les deux parties. La conclusion du rapport médical de l’Hôpital de la Renaissance ouvre un autre débat : le terme : « 18 ans au plus »renvoie chacun à son interprétation. 

Après avoir privilégié une structure étrangère pour l’expertise médicale de Zouhoura, finalement c’est l’hôpital de la Renaissance de N’Djamena qui a été choisi pour les examens.  

Cette structure hospitalière de renom a désigné son chirurgien spécialiste en expertise maxillo-faciale et bucco-dentaire,  docteur Lonceny Fofana, pour s’occuper de l’affaire.  La mission d’expertise est  reçue le 11 décembre 2018, et les examens sont réalisés le 12 décembre 2018. Etaient présents, le jeune frère et la sœur du mari de la victime (Zouhoura),ainsi que deux officiers de Police judiciaire. Votre site Tchadinfos.com s’est procuré une copie du rapport de l’expertise médicale. Voici les analyses.

Les examens ont été pratiqués en quatre étapes, à savoir un rappel des faits par la victime,un examen clinique et deux examens radiologiques.

L’examen endo-buccalde la victime a mis en évidence la présence de toutes les dents, à l’exception des 36-46 (respectivement premières molaires gauche et droite), extraites,selon elle, et des quatre dents de sagesse. Cette observation clinique a été complétée par une radiographie panoramique. Un examen radiologique du poignet et de la face de la main gauche a été demandé à l’issue de cette observation clinique et laissé à l’appréciation du sapiteur (expert consulté). Les images radiologiques ont montré des germes de trois dents de sagesse (18-38-48), avec une édification incomplète mais évoluée des racines, nonobstant une agénésie apparente de la 28.

L’examen radiologique du sapiteur donne comme résultats une minéralisation normale, une absence d’anomalie morphologique sur l’os et une absence d’anomalies des parties molles. Tous les noyaux d’ossification de la main et du poignet sont formés et/ou fusionnés. Tous les cartilages de conjugaison sont ossifiés. Il y a une persistance d’une ligne dense métaphysaire sur le radius. Aux extrémités de cette ligne dense, il est relevé de discrètes encoches corticales claires.

Le rapport d’expertise, tout en précisant que la table de référence utilisée comme définition de l’âge osseux adulte est limitée à dix-huit ans, conclut que :absence d’anomalie du squelette ou des parties molles, image compatible avec un adulte jeune féminin de 18 ans révolus.

 « A notre avis, ce résultat est indicateur d’une fourchette d’âge de 16-18 ans.Compte tenu de la grande variabilité dans l’éruption des dents de sagesse, et la non-précision de la date apparente par cette méthode, une radiographie du poignet et main gauche, avec avis du sapiteur, a été sollicité par le fait que cet examen est conventionnellement le plus utilisé pour déterminer l’âge civil apparent à partir de l’âge osseux. La conclusion notait un âge osseux de 18 ans révolus », analyse le docteur Lonceny Fofana. Dans le tableau de la conclusion finale, il est indiqué que : « Zouhoura a 18 ans au plus ».

2 Commentaires

  1. Gapili
    19 décembre 2018 at 6 h 47 min Répondre

    J’ai un souci de compréhension de la formulation de la conclusion. L’auteur de l’article dit “18 ans au plus”, ce qui, en français facile me semble vouloir dire que, au maximum la personne auscultée aurait 18 ans. En d’autres termes, elle pourrait avoir 17 ans, 16 ans ou même moins, mais que dans tous les cas, elle serait mineure…

  2. Eric Ngarlem Tolde
    19 décembre 2018 at 11 h 02 min Répondre

    juste pour rappeler au grand frère Gapili, que y’a pas d’amalgame a faire. si l’âge peut être moins de 18ans, on peut pas se tromper de pour dire 18ans plus. merci.

Laisser un commentaire