Affaire Mateyan Bonheur : la famille conditionne l’enterrement par la “qualification de l’infraction”

Affaire Mateyan Bonheur : la famille conditionne l’enterrement par la “qualification de l’infraction”

Réunis en concertation ce jeudi soir au domicile familial, les parents de la victime du cortège de Haroun Kabadi ont décidé que la justice puisse trouver une qualification à cette infraction avant l’enterrement. 

Dès le crépuscule, les jeunes activistes de la société civile, des politiciens et des amis du défunt se sont réunis au domicile familial de la victime pour concertation. L’assemblée a discuté sur les différentes procédures à observer pour rendre hommage à Mateyan Bonheur. Plusieurs propositions ont été énumérées.

La question de la poursuite judicaire était au cœur de cette rencontre. Beaucoup d’intervenants ont souhaité que la justice soit faite, peu importe la durée qu’elle prendra pour trouver une réponse claire sur le décès du jeune Bonheur.  La mère souhaite au moins connaître l’homme qui a appuyé sur la gâchette pour que son fils soit aujourd’hui défunt.  « Je vous demande d’être moi pour cette affaire soit au clair, puisqu’ils ont prétendu mettre en garde à vue quatre personnes pour une enquête, qui a déjà vu ces présumés auteurs arrêtés. Même si le cadavre de mon fils doit pourrir à la morgue, je l’accepte », a-t-elle déclaré avec, le visage perdu.

A RELIRE : Affaire Mateyan Bonheur : ce que son père nous a confié

De ce fait, un collectif des avocats en charge de l’affaire a vu le jour. Ce dernier se chargera de rédiger une plainte afin que l’auteur de cet acte soit traduit à la barre.  Une organisation des jeunes née après ce drame a suggéré de nombreux points aux parents de la victime pour les obsèques. Ces suggestions seront examinées par les parents de Bonheur pour voir les enjeux.

Si la qualification n’est pas déterminée, on laissera le corps à la morgue pendant ce temps la justice peut faire son travail. Une fois trouver la qualification, on peut parler de l’enterrement” a souligné le père de Bonheur.

A RELIRE : entre arnaque et retard, la délivrance de passeport reprend

Par ailleurs, l’entourage du défunt se dit choqué par la sortie médiatique du président de l’Assemblée sur cette affaire.  Haroun Kabadi aurait déclaré aux médias avoir trouvé des compris avec la famille. Cette nouvelle a été démentie par la famille. Quelques-uns promettent s’organiser pour un point de presse à ce sujet.

La famille de Bonheur et ses amis décident d’attendre patiemment la décision de la justice tchadienne pour procéder à l’enterrement.

 

Laisser un commentaire