Le compte-rendu de l’assemblée générale a fait l’objet d’une rencontre entre le délégué du personnel et le Directeur général de la CotonTchad.

Le délégué du personnel sur convocation du directeur général de la Cotontchad SN, Jacky Rivière assisté de chef service de la contontchad société nouvelle, a présenté le compte-rendu de leur assemblée générale extraordinaire le vendredi 29 juillet.

Le compte-rendu est présenté par un des délégués, Djaro Senekian Bertrand. Dans sa présentation, il ressort ce qui suit :

La production est en progression tout en citant le décret 38/PR/96 qui stipule en son article 5 qu’il n’y a pas de travail forcé et que le cultivateur est libre de cultiver le coton ou non et qu’une partie du coton cultivée est dévasté par les éleveurs et contrepartie c’est le personnel qui en paie le prix. Donc il réclame son avancement.

La jeunesse de la contontchad voit son rêve s’assombrit dans les chaos suite aux gels des avancements du personnel chaque année pour des motifs non fondées. Pour un agent qui passe tout son temps à l’usine pour réaliser de bonnes production, même lorsque son objectif est largement dépassé, ne bénéficie pas d’avancement d’un échelon. Ceci provoque trop d’accident de travail parceque le travailleur est mal motivé.Enfin ce sont ces ouvriers lésés qui donnent aux directeurs une vie aisée.

Selon le document l’objectif de Jacky Rivière n’est pas de travailler avec le personnel, parcequ’a son arrivée , il a pris les mesures suivantes : mise en chômage technique du personnel, compression du personnel, création fictive des départements et services, annulation des avancements etc . c’est de l’hypocrisie . Il ne faut pas pas que le DG mette du feu là où ya pas des herbes. Nous réclamons nos échelons .. s’il se sent incapable de redresser les choses qu’il se retire . Si non il est venu pour nous maltraité.

De nos jours beaucoup de pays cherchent à augmenter les salaires des travailleurs compte tenu de la cherté de la vie alors qu’à à la contontchad on prive le personnel de son avancement mérité. La question est posée pour savoir est ce qu’il n’y a pas des cadres nationaux pour défendre le personnel ?

En conclusion, le personnel demande à l’unanimité au directeur général son échelon mérité lors des évaluations de performance de l’année 2021- 2022.

Après la présentation du compte rendu le Directeur général a levé la séance, il promet transmettre à ses chefs hiérarchiques.