Par le décret 2021 signé ce 17 juillet, le président de transition gracie 110 personnes arrêtées à l’occasion des manifestations du 20 octobre 2022. Elles ont été condamnées notamment pour attroupement non autorisé, coups et blessures volontaires, incendie volontaire, destruction de biens. Plusieurs centaines ont déjà bénéficié de la grâce présidentielle.

Le 20 octobre 2022, des manifestations contre la prolongation de la transition pour deux ans ont été violemment réprimées à N’Djamena, Moundou, Doba, Koumra. Le gouvernement a évoqué 73 morts alors que les organisateurs parlent d’au moins 200 personnes tuées.