En rapport avec le lancement officiel de son projet Wash dans les camps des sinistrés de N’Djaména et à Koundoul, l’Association des femmes pour le dynamisme citoyen au Tchad (ASFEDYC), a fait une conférence de presse, ce samedi, 11 février pour exposer ce projet au public.

Cette conférence de presse qui s’est déroulée dans la salle 27 de la radio FM liberté a pour but « d’informer l’opinion publique que l’Association des femmes pour le dynamisme citoyen au Tchad met à contribution son apport en faveur des sinistrés logés sur les sites des sinistrés », explique Madjilem Alphonsine, présidente de ladite Association.


Si dans les camps des sinistrés, le problème d’eau potable se pose avec acuité, Alphonsine et ses camarades, toutes étudiantes voudraient à travers leur projet Wash, procéder à l’implantation des systèmes de forages solaires pour ne serait-ce qu’aider les sinistrés à avoir de l’eau potable.

Pour date, quatre forages sont implantés dans les sites de Walia, Nguéli, Toukra et Koudoul. Ce projet s’inscrit sur une durée de six mois et se réalise grâce à l’appui technique et financier de la coopération suisse au Tchad auprès de qui l’Association plaide pour d’autres accompagnements.


A savoir, les actions de l’Association des femmes pour le dynamisme citoyen au Tchad vise prioritairement les femmes se trouvant dans des conditions de vie précaires.