Au Tchad, plus de de deux millions de personnes sont confrontées à une insécurité alimentaire sévère, a averti le 16 octobre dernier à Genève, une responsable humanitaire des Nations unies dans ce pays d’Afrique centrale.

Selon la Coordonnatrice résidente des Nations unies et Coordonnatrice de l’action humanitaire au Tchad, le pays est confronté à quatre crises majeures. Outre les déplacements forcés, les urgences sanitaires et les effets du changement climatique, N’Djaména fait face à une insécurité alimentaire. Toutes ces crises touchent 7 millions de personnes sur une population totale de 18 millions d’habitants, précise l’ONU.

Au total, le Tchad fait face à une situation d’insécurité alimentaire et de malnutrition, qui touche 5,7 millions de personnes dont 2,1 millions se trouvant dans une situation très critique.

« C’est la pire crise depuis une décennie. Ces personnes ne peuvent tout simplement pas répondre à leurs besoins alimentaires de base. Nous avons besoin d’un appui humanitaire », a déclaré lors d’une conférence de presse à Genève, Violet Kakyomya.

Flambée des prix des denrées et arrivée massive de réfugiés

Comparée aux résultats des analyses de mars, la présente situation nutritionnelle s’est détériorée, avec une augmentation de 265.000 personnes en situation d’insécurité alimentaire sévère. La situation est exacerbée par une augmentation générale des prix des denrées alimentaires. Dans l’est du Tchad, par exemple, le prix du sorgho a augmenté de 55 % dans la province de Sila et celui du mil de 30 % dans le Ouaddaï.

Cette détérioration peut aussi s’expliquer par l’arrivée massive, depuis le début de la crise soudanaise, de milliers de réfugiés soudanais et retournés tchadiens du Soudan, dans les provinces déjà sévèrement touchées par l’insécurité alimentaire (Ouaddaï, Wadi-Fira et Sila). Une crise humanitaire qui a contribué à aggraver la situation. « Les ressources disponibles ont connu un épuisement précoce et les prix ont flambé de façon exponentielle ».

Malgré ces défis majeurs, au cours des six premiers mois de l’année, 2,5 millions de Tchadiens ont reçu une aide à la sécurité alimentaire et plus d’un demi-million ont bénéficié d’une intervention nutritionnelle. Les efforts ciblés ont également permis d’aider plus de 300.000 enfants souffrant de malnutrition.