Tchad : l’Ordre des médecins demande la fermeture de deux facultés de médecine privées

0
747

Le président de l’Ordre national des médecins du Tchad (ONMT), Dr Mbainguinam Dionadji, a fait un point de presse ce samedi pour donner la position de son organisation sur quelques points d’actualité concernant les médecins tchadiens.

La conclusion du rapport de la commission tripartite (ministère de l’Enseignement supérieur – ministère de la Santé – Ordre des médecins) sur les conditions de création des structures de formation sanitaire était au centre du point de presse du président de l’ONMT ce 8 juin. Avant de donner son avis sur ledit rapport, Dr Mbainguinam Dionadji a précisé que : “ en ce qui concerne le Doctorat en médecine, le CAMES a tout d’abord reconnu le caractère très spécifique des études médicales sanctionnées par un diplôme à la fois universitaire et professionnel ”. 

Pour lui, le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation applique spécialement aux facultés privées de médecine le référentiel de demande d’accréditation des universités privées, offrant des formations dans les domaines de la médecine, de la pharmacie, de la médecine vétérinaire… qu’elles disposent des infrastructures d’ordre général.

Dans son rapport, la mission tripartite a fait les recommandations suivantes :

En ce qui concerne la ville de N’Djamena, suspendre toutes les activités académiques de la faculté de médecine et des sciences de la santé de l’université Emi Koussi ; poursuivre le processus en vue de l’obtention d’une autorisation d’ouverture d’une faculté de médecine et des sciences de la santé de l’université Emi Koussi ; poursuivre la procédure de signature d’une convention tripartite avec les textes cadrant la délocalisation de SFAX etc.

Pour la ville de Moundou, la mission recommande de : suspendre toutes les activités académiques de la faculté de médecine et des sciences de la santé de l’IIAC ; poursuivre le processus en vue de l’obtention d’une autorisation d’ouverture d’une faculté de médecine et de sciences de la santé de l’IIAC entre autres.

L’Ordre national des médecins du Tchad en tant que membre rapporteur de la commission dit prendre acte de la conclusion à laquelle la commission est parvenue. “ La responsabilité de la mise en œuvre de ces conclusions ne relève plus des prérogatives de l’ONMT. Seule l’institution de la République chargée de la gestion des établissements privés du supérieur qui a présidé la commission tripartite a la charge de l’exécution ” a indiqué Dr Dionadji.

Laisser un commentaire