Les fédérations nationales et associations à vocation sportive ont fait un point de presse ce dimanche, 28 août, dans la salle du 27 novembre de la radio FM Liberté, pour alerter l’opinion nationale de la mauvaise situation financière qu’elles traversent mais pas seulement…

Les fédérations nationales et associations sportives n’en peuvent plus à cause de la mauvaise situation financière à laquelle elles sont confrontées depuis des années. Elles se sont endettées à hauteur de 406 925 080 FCFA et l’Etat n’a pas jusque-là réglé la facture. Pourtant en 2021, un mémorandum a été signé par toutes les fédérations et les associations sportives pour le paiement de celles-ci. Ces dettes représentent ce qu’elles ont dû dépenser pour la participation des athlètes aux activités sportives antérieures.

Cette situation les met en conflit avec les parents des athlètes qui les « accusent d’escroquerie et d’exploitation », selon le porte-parole des Fédérations et associations sportives, Tchang Wai Tchang qui poursuit que les athlètes de leur côté « menacent d’entreprendre des actions légales pour se faire entendre ».

Malgré les instructions données par la Présidence au ministère des Finances et du Budget pour le paiement des dettes, rien de concret n’a été constaté jusque-là, déplore le porte-parole de ces fédérations. L’année 2022 qui était déclarée année de sports « est un rêve cauchemardesque. 2022 est la pire des années connues par les Fédérations nationales, parce que la moitié de l’année a été sans activités », regrette Tchang Wai Tchang.

Ne voyant aucune autre issue, les responsables des Fédérations et associations sportives souhaitent l’implication du président du Conseil militaire de transition pour résoudre cette situation qui ne fait que perdurer.« Sans l’implication du président du Conseil militaire de transition… la qualification de nos sportifs aux Jeux Olympiques 2024 reste problématique et compromise », déclare Tchang Wai Tchang.