Ce jeudi 3 novembre devant les Conseillers nationaux de Transition, le Premier ministre de la transition phase 2, sur l’axe 5 de son programme politique, a indiqué que : « La restauration de l’ordre constitutionnel se fera au moyen des consultations électorales à organiser au cours de la période de transition ».

Le Gouvernement de Transition inscrit dans son programme la réalisation du calendrier du processus électoral qui passera nécessairement par l’achèvement du projet de la future Constitution, et l’élaboration et l’adoption des différents textes juridiques relatifs aux élections, l’actualisation du fichier électoral et l’achèvement du découpage territorial.

« La restauration de l’ordre constitutionnel se fera au moyen des consultations électorales à organiser au cours de la période de Transition » disait-il. Il est à observer que la période de Transition n’est pas une situation ordinaire. Les instances de la Transition doivent se consacrer à l’essentiel. Parmi l’essentiel, il y a les activités courantes de continuité de l’Etat notamment le raffermissement de la paix, de la stabilité du pays et les urgences sociales. « Mais principalement, c’est la bonne préparation des consultations générales et surtout la bonne tenue des élections avec des résultats reflétant la vérité des urnes qui sont les missions prioritaires des autorités de la Transition » précise-t-il.

Dès le premier semestre la mobilisation des ressources pour les élections

Saleh Kebzabo relève que l’essentiel des efforts doit être consacré à toutes les activités en amont de la tenue des élections générales. « La mobilisation des ressources est primordiale. Elle doit commencer immédiatement et dès le premier semestre de la période de Transition et se poursuivre sur les 24 mois de Transition. Mon gouvernement s’attellera à amplifier le plaidoyer pour la mobilisation des ressources nécessaires à la bonne conduite de la période de Transition », lance-t-il.

Saleh Kebzabo indique que le Gouvernement de Transition ne sera jugé ou apprécié qu’à travers l’organisation des élections réussies reflétant la vérité des urnes pour un retour à l’ordre constitutionnel dans un délai imparti.

Somme toute, l’adoption de la nouvelle Constitution par voie référendaire et celle d’un Code électoral, la mise en place d’un nouvel organe de gestion des élections, l’organisation du recensement électoral, la création d’un nouveau cadre de concertation des partis politiques et, enfin, l’organisation des élections présidentielles, législatives et locales sont les axes prioritaires du vaste chantier du retour à la normalité constitutionnelle.