Tchad: Georgina Blondeau sage-femme dans l’âme

“J ’ai choisi le métier de sage-femme par vocation, ensuite pour réaliser le vœu de ma défunte mère comme je suis l’unique fille de la famille”, raconte Georgina Blondeau, ambassadrice de la Campagne pour l’accélération et la réduction de la mortalité maternelle en Afrique (Carmma). Pour elle, le désir d’être un jour sage-femme est devenu très fort par un événement survenu dans sa famille: l’accouchement d’une tante auquel elle la jeune fille a assisté. “Quand on est arrivé à la maternité centrale de FortLamy qui est l’actuelle présidence, on a demandé à ma tante de monter sur le lit et pourtant le lit était couvert de sang. Elle a refusé; puis on lui a dit de s’allonger à même le sol si elle ne veut pas du lit. Enervée, elle a rebroussé chemin. On tenait la lampe tempête en main de peur qu’elle n’accouche en chemin. Arrivée juste devant sa porte, elle met au monde un joli bébé. Cette scène m’a marquée et je me suis dit qu’il pleuve ou qu’il neige je serai sage-femme” , se souvient-elle. Après avoir fait ses débuts à l’école des blancs à l’école Notre-Dame des apôtres de Béguinage, ensuite le Collège d’enseignement général de Fort-Lamy puis le Lycée Felix Eboué jusqu’au niveau première, elle ne peut résister à l’appel de la vocation. Elle passe le concours d’entrée à la fac de médecine d’Abidjan qu’elle réussit. Sa formation terminée, elle rentre au pays en 1971 et elle commence à travailler à la Polyclinique, avant même d’être intégrée deux mois après parce qu’il n’y avait pas de sage-femme. Elle est affectée à la maternité centrale de Fort-Lamy où elle a travaillé jusqu’aux évènements de 1979. Elle reviendra à la polyclinique avant de prendre le chemin de l’exil. Au Congo Brazza où elle dépose ses valises, Georgina ne reste pas les bras croisés. Elle travaille au Centre hospitalier universitaire (Chu) de Brazza jusqu’à son retour à sa terre natale en décembre 1990. Au pays, elle occupe plusieurs postes de responsabilités: responsable de la cellule formation du Programme national de la santé de la reproduction, formatrice en prévention transmission mère et enfant à la coordination nationale de lutte contre le sida, chef de division de la santé de la mère et de l’enfant et de planification familiale, etc. Et le 5 mai 2012, à l’occasion de la journée internationale de la sage- femme, elle est désignée ambassadrice de la Carmma, en lieu et place d’Achta Toné Gossingar, et confirmée en juillet par un décret présidentiel. A seulement deux ans de la fin de la campagne, l’ambassadrice semble embarrassée à la question de savoir les avancées de la Carmma en trois ans d’existence. “Pour répondre à cette question, il faut une étude pour savoir où est-ce que nous en sommes. Pour réduire le taux de mortalité, il faut que tout le monde s’approprie le combat de la lutte contre la mortalité. La Carmma fait le travail de plaidoyer. On ne gagnera la bataille qu’avec le combat des partenaires, de l’Etat et de la population hommes comme femmes” , déclare la doyenne des sages- femmes du Tchad qui, à l’instar de leurs collègues du monde entier, fêtent leur journée inter – nationale ce….mai. Troisième sage-femme du Tchad et la première à sortir de la faculté de médecine d’Abidjan section sage-femme, Georgina se garde de se prononcer sur la pratique de ses congénères d’aujourd’hui. “On a déjà beau – coup dit et écrit sur ce sujet, donc je n’ai rien à ajouter” , lâche-t-elle. Les écoles de santé poussent çà et là et combien de femmes en état de grossesse pour une sage-femme? L’ambassadrice demande du temps pour fouiller ses paperasses pour pouvoir répondre à la question. Cependant, s’il y a une chose pour laquelle Georgina est fière c’est son métier. “Je n’ai aucun regret, puisque c’est par vocation que je l’ai choisi. Je suis plutôt très contente”, répète-t-elle. Une chose est sure, à défaut de réduire la mortalité de ses sœurs en couche sous la bannière de la Carmma, à 63 ans, l’ambassadrice est bien valide pour porter les gants et aider une femme à entendre les premiers cris de son enfant.

DR

N’Djamena Hebdo #1500 disponible en téléchargement sur boutique.tchadinfos.com

Laisser un commentaire