Tchad :  éducation des “enfants de la rue”, une préoccupation de Dakouna Espoir

Tchad : éducation des “enfants de la rue”, une préoccupation de Dakouna Espoir

A l’occasion de la Journée de l’enfant africain, célébrée ce 16 juin, l’association humanitaire Dakouna Espoir se penche sur le type d‘éducation pouvant favoriser les enfants issus de la rue.

Quelle éducation pour les enfants de la rue en grand danger?“,c’est le sujet qui a fait l’objet d’une réflexion, le lundi 15 juin au siège de l’Association humanitaire Dakouna Espoir. C’était en présence des enfants en situation de rue et des hommes des médias.

L’objectif de cette rencontre est de commémorer l’édition 2020 de la Journée de l’enfant africain qui se célèbre ce mardi, 16 juin sous le thème général, « Une éducation de qualité, gratuite, obligatoire et adaptée à tous les enfants de l’Afrique ». Cela, pour signifier que le droit à l’éducation est un droit vital pour le développement économique, social et culturel de toutes les sociétés. 

Une éducation adaptée aux enfants de la rue

Si elle utilise la danse pour récupérer les enfants de la rue, une fois au centre, l’Association Dakouna Espoir fait suivre à ces derniers un programme bien défini pour permettre leur plein épanouissement et leur insertion socio-éducative. Sur 64 enfants vivant au centre de l’association, 42 sont actuellement scolarisés et 22 suivent des formations professionnelles axées sur la meunerie, la couture…

En plus de l’alphabétisation et de scolarisation, une éducation à la citoyenneté est donnée à ces enfants, notamment sur les sujets tels que la cohabitation pacifique, les droits et les devoirs de l’enfant, les question de la sexualité et bien d’autres.

Pour inculquer aux enfants les valeurs morales, l’Association Dakouna Espoir vient d’instaurer une éducation spirituelle, basée sur la Bible et le Coran.

Depuis sa création en 2015, Dakouna Espoir a pu récupérer 484 enfants en situation de rue et réinsérer 216 dans la vie familiale. Le travail que fait cette jeune association est salvateur mais limité faute de moyens. L’Association vit grâce aux aides et aux dons de la population. Ses ressources proviennent aussi des séances de danse publiques qu’elle organise.

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :