Spécial Ouaddaï : ce que pense la population abéchoise du nouveau sultan

Spécial Ouaddaï : ce que pense la population abéchoise du nouveau sultan

Si le nouveau sultan du Ouaddaï a été fortement accueilli lors de son arrivée à Abéché, les avis de la population locale sur sa personne restent mitigés. Parmi elle, nombreuses sont ses détracteurs et ses sympathisants. Micro-trottoir.

Individuellement interrogés sur leur nouveau sultan, les Abéchois n’hésitent pas à dire ce qu’ils pensent vraiment de lui. L’accueil chaleureux qui lui a été réservé à l’aéroport n’est que la partie visible de l’iceberg. La plupart des personnes interviewées dans les rues d’Abéché dans une impartialité absolue et qui d’ailleurs n’aiment pas se faire photographier taxent le nouveau sultan d’inconnu et d’arriviste.

Oumar Mahamat Kindaï, un menuisier habitant le quartier Kamine 1 est très furieux quant à la nomination du nouveau sultan qui pour lui leur a été imposé et non choisi pas la population. « Honnêtement nous ne le connaissons pas, il n’a pas vécu ici, il n’a pas une maison ici  donc ce sultan est votre sultan (faisant référence aux N’Djamenois)  il n’est pas le nôtre », dit-il.

Ouamar Mhamat habitant de quartier Kamine/ Ph Al-mardi Charfadine/Ph Tchadinfos

Un autre passant interrogé devant la mairie de la ville d’Abéché et  qui  n’a pas voulu décliner son identité doute aussi de la crédibilité du nouveau sultan. « Cherif n’est soutenu que par les membres de sa famille et non par tous les Abéchois. Et la famille Ourada dit qu’il n’est pas le leur donc il ne peut pas devenir notre sultan ».

Moussa Mahamat, rencontré au quartier Goz-Amir non loin de la résidence du nouveau sultan, exprime sans crainte son avis. « Ni l’ancien sultan ni le nouveau ne sont crédibles. L’ancien ne nous a jamais servi, il est toujours absent lorsque les Abéchois ont des problèmes, il est en déphasage avec nos traditions. Et le nouveau nous a été imposé car on ne le connait pas. Si réellement nous l’avons choisi, vous allez constater que toute la ville va sortir pour l’accueillir ».

Mais beaucoup n’expriment aucune position. Ils  disent être avec celui qui travaille, défend les valeurs ancestrales de la région et présent aux côtés de la population.

Laisser un commentaire