Pénurie de gaz: si elle perdure « l’on assistera à une exacerbation de tension sociale », ADHET

Pénurie de gaz: si elle perdure « l’on assistera à une exacerbation de tension sociale », ADHET

Depuis quelques jours, les ménages de la ville de N’Djamena font face à une  pénurie de gaz. Face à cette situation l’Alliance des défenseurs des droits humains et de l’environnement au Tchad (ADHET) a affirmé aujourd’hui, 02 mars 2019, sa préoccupation et demande au gouvernement de trouver une solution afin d’éviter une tension sociale.

« Au stade actuel des choses, l’heure est à une sévérité sociale affligeante qui risque de déborder à tout moment, vu le niveau de malaise social poussé dans lequel les ménages se retrouvent ces derniers temps et qui va de plus en plus grandissant à cause de cette pénurie » a indiqué le secrétaire général de l’ADHET, Abba Daoud Nandjede, à travers un point de presse.

L’Alliance des défenseurs des droits humains et de l’environnement au Tchad attire l’attention du gouvernement, en tant que partie prenante et responsable, sur les conséquences de cette pénurie qui sont susceptibles d’engendrer de troubles. Car les pénuries de ces genres de produits liés à la survie humaine débouchent généralement sur des crises ou émeutes si celles-ci ne trouvent pas de solutions.

A lire: Tchad: l’ADC appelle le gouvernement à éviter l’aggravation de la pénurie du gaz butane

Selon l’ADHET, les arguments et explications avancés par les responsables, tant au niveau du ministère du Pétrole que de celui de la raffinerie ne paraissent pas du tout convaincants et cachent beaucoup de choses. Ces arguments en effet sont axés sur la hausse de la consommation due à la baisse des prix de gaz au kilogramme, et à la révision de l’usine.

« Si cette pénurie perdure, l’on assistera à une exacerbation de tension sociale qui provoquera une reprise incontrôlable de la consommation du bois et des charbons. Et ça sera une remise en cause des mesures de protection de l’environnement quasiment entrées dans les comportements des populations » déclare Abba Daoude Nandjedé.

L’ ADHET trouve inadmissible de précipiter des dizaines de milliers de personnes dans un désarroi et une faim forcée en les privant des possibilités de cuisson exposant ainsi la santé nutritionnelle des enfants.

Un commentaire

  1. Abdelsalam Abdoulaye Abdallah
    2 mars 2019 at 20 h 45 min Répondre

    il faut trouver une solution au population

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :