L’ADC tacle la Manufacture des cigarettes du Tchad

0
460
Daouda El-Hadj Adam, le Secrétaire général de l'ADC

Le Secrétaire général de l’Association de défense des droits des consommateurs (ADC), Daouda El-Hadj Adam a fait un point de presse ce mercredi. Une sortie médiatique axée sur la prévention sanitaire, en particulier la lutte anti-tabac. Il en a profité pour remettre la Manufacture des cigarettes du Tchad (MCT) à sa place.

De prime à bord, le Secrétaire général de l’Association de défense des droits des consommateurs (ADC) a indiqué que dans le domaine de la lutte anti-tabac, « le Tchad a réalisé des avancées considérables, faisant de notre pays l’une des premières Nations en Afrique ».

Mais, déplore Daouda El-Hadj Adam, depuis quelques jours, « la Manufacture des Cigarettes du Tchad (MCT), filiale du Groupe Imperial Tobacco Brands se livre à des manœuvres de désinformation et de manipulation de l’opinion publique et des pouvoirs publics pour saper les efforts du gouvernement dans la mise en œuvre de l’article 6 de la Convention Cadre de l’OMS pour la lutte antitabac (CCLAT), traité de santé publique ratifié par le Tchad le 30 janvier 2007 ».

Lire aussi : La Manufacture des cigarettes du Tchad survivra-t-elle ?

Il faut rappeler que la MCT, arguant les taxes élevées imposées par le gouvernement et la concurrence qu’elle juge déloyale d’autres acteurs qui importent du tabac, a annoncé l’arrêt de la production pour plutôt importer des cigarettes.  

« L’opinion publique et les décideurs doivent comprendre que les arguments et stratégies développés par la MCT et malheureusement relayés par certains organes de presse ne sont pas nouveaux. Les compagnies de tabac dans le monde ont toujours fait usage du mensonge et de la manipulation pour vendre leur produit mortel aux consommateurs et à des prix faiblement taxés », martèle le patron de l’ADC.

En effet, rappelle Daouda El-Hadj Adam, pendant plus de cinquante ans, la MCT a opéré au Tchad en position de quasi monopole dans un marché « hyper rentable qui lui a permis d’engranger d’énormes bénéfices ».

Lire aussi : AUDIO : Laoukein Kourayo Médard explique les causes de la faillite de la Manufacture des cigarettes du Tchad

Pour lui, la MCT, par ce « chantage » cherche à influencer le processus budgétaire en cours au titre du projet de budget 2022 pour faire annuler ou réduire le montant de la taxe spécifique de 100FCFA sur chaque paquet de cigarette institué par la loi des finances 2019 dédié au financement de la Couverture Santé Universelle (CSU).

« Nous demandons à la MCT de cesser immédiatement d’instrumentaliser et de torturer moralement les quelques rares travailleurs tchadiens exploités pour servir sa cause », interpelle Daouda El-Hadj Adam.

Tout en saluant les efforts du gouvernement pour la mise en place de la Couverture santé universelle dont elle espère le démarrage effectif des activités en 2022, l’ADC l’exhorte à maintenir la taxe de 100 FCFA sur le paquet de cigarette qui constitue la principale source de financement du régime 3 de la CSU, dédié aux  personnes économiquement démunies.

Lire aussi : Les 5 dates pour comprendre la descente aux enfers de la MCT

Laisser un commentaire