lundi 15 août 2022

4 provinces abritent 34% de la population pauvre du Tchad

                          

Bien que le Tchad ait fait des progrès dans la lutte contre la pauvreté, le chemin reste encore long à parcourir, prévient le rapport de la Banque mondiale, récemment rendu public.

La pauvreté au Tchad est sévère. La quatrième enquête sur les conditions de vie des ménages et la pauvreté au Tchad ( ECOSIT 4), menée en 2018, a révélé que 3,4 millions de femmes et 3,1 millions d’hommes, soit environ 42% de la population tchadienne, vivent en dessous du seuil de pauvreté qui est de 242 094 FCFA par an. Environ 15% de la population, soit 2,4 millions de personnes, sont incapables de satisfaire les besoins nutritionnels de base de 2 400 kilocalories par jour.

La population pauvre du Tchad est concentrée dans les zones rurales et les taux de pauvreté varient considérablement d’une région à une autre. « Près de 89% des ménages pauvres se trouvent dans les zones rurales, où l’agriculture à faible productivité et l’élevage sont les principaux moyens de subsistance, tandis que seulement  3% sont situés dans la capitale, N’Djamena », précise le rapport de la Banque mondiale.

Les taux de pauvreté sont les plus élevés dans les régions frontalières de la République centrafricaine, du Cameroun, du Soudan et du Nigeria. Ces zones sont touchées par les conflits et l’instabilité dans les pays voisins, et elles accueillent des milliers de réfugiés et de personnes déplacées.

 ” Les régions du Mandoul et du Logone Oriental, frontalières de la République centrafricaine, abritent respectivement 8% et 9% de la population pauvre du Tchad, tandis que le Mayo-Kebbi Est et le Mayo-Kebbi Ouest, à la frontière avec le Cameroun, abritent un total de 17%”.

En raison de la concentration de la pauvreté dans la zone rurale soudanienne, recommande la Banque mondiale, les politiques conçues pour renforcer les systèmes de protection sociale, autonomiser les femmes et les jeunes et encourager l’entrepreneuriat devraient cibler les régions du sud du pays et refléter les besoins uniques des ménages agricoles.

« La chute des prix internationaux du coton a gravement affecté les revenus des ménages dans les zones cotonnières telles que Tandjilé, Logone et Sila, entrainant une augmentation des taux de pauvreté pouvant atteindre 60% dans la Tandjilé », estime le rapport de 184 pages.

Aussi, complète le document, au cours de l’année agricole 2017-18, la zone sahélienne a connu des pluies tardives et de faibles précipitations totales, ce qui a fait chuter la production agricole de plus de 20% dans les régions du Kanem, Wadi Fira et Bahr El Ghazal, augmentant les taux de pauvreté et la vulnérabilité des ménages ruraux.  

Laisser un commentaire

économie

Salamat : le pont de Goz Mabilé englouti par le fleuve Barh Azoum

C'est une montée fulgurante des eaux du fleuve saisonnier Barh-azoum, arrivé au niveau d'Amtiman ce 08 août surprenant les planteurs et éleveurs et ralentissant...

Koumra : la ville est menacée d’inondations

Depuis quelques jours, il ne cesse de pleuvoir à Koumra, chef-lieu de la province du Mandoul plongeant ainsi la population dans la crainte d'être...

Publicité

Publicité SoGe Sidebar

Sondage

Que voudriez-vous voir plus souvent sur Tchadinfos.com ?
886 votes · 887 réponses

Application Tchadinfos.com

Publicité