Le Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’homme en partenariat avec la coalition RENCO Tchad a entamé ce 28 mars une série de causeries éducatives à l’endroit des étudiants et élèves des universités et écoles supérieures de N’Djamena. L’objectif de ces conférences-débats est de renouer la confiance entre Forces de sécurité intérieure et les étudiants.

“Rôle et mission des FSI (Force de sécurité intérieure) au Tchad” est le thème autour duquel s’articule cette causerie. A N’Djamena et dans le Tchad profond, les étudiants et les FSI sont à couteaux tirés. Lors des organisations estudiantines notamment les manifestations dans les différentes universités et écoles, la situation tourne en mal, dit constater le Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’homme.

Dongar Nassaradingar, consultant national du projet FSI Tchad et un des panelistes estime que cette situation n’est pas normale car les FSI doivent assurer la sécurité de la population et non le contraire. Selon lui, sur le terrain, les FSI doivent utiliser rien que les armes de travail indiquées par la loi. Il rappelle que la population et les organisations ne sont pas les ennemis des FSI. Car, “c’est grâce à la population que les FSI doivent exister aujourd’hui et ils sont là pour leur sécurité”, a-t-il conclu.

Ebyaka Sobgabbé Jérémie, commissaire de la Police à la DNRJ a pour sa part rappelé aussi le rôle et la mission des FSI au Tchad. “Assurer le respect des lois et règlements, garantir la sécurité de la population et de leurs biens constituent entre autres les rôles consignés aux FSI”, a indiqué le commissaire.

A la question du public de savoir les raisons du comportement des forces de l’ordre vis-à-vis de la population, l’accueil dans les commissariats par les policiers, les deux panelistes insistent toujours sur le rôle régalien des FSI. Aussi, ils pointent du doigt le comportement peu orthodoxe des étudiants. Pour eux, il faut que les étudiants  revoient leur manière de faire.

Pour les étudiants, il faut, avant tout instaurer, le respect entre étudiants et force de l’ordre.