Dans le 6ème arrondissement de N’Djamena, un groupe de jeunes a lancé une initiative dénommée “Un repas, une oreille” ce 16 novembre.

Pourquoi “Un repas, une oreille” ? Samira Abdelkerim l’une des initiateurs de l’évènement répond : « On offre un repas à une personne et en retour, on lui prête une oreille attentive pour l’écouter. Peut-être c’est un élève, étudiant, un chômeur, un débrouillard, etc. Après on étudie le cas de la personne et on essaye de l’aider avec les moyens qu’on peut ».

« C’est une œuvre humanitaire. Ce n’est pas une association, ni un organisme ni une société. C’est pour aider les jeunes et les filles-mères », renchérit-elle. Puis pour ceux ou celles qui ont abandonné l’école faute de moyen financier, Samira Abdelkerim relève qu’ils seront de leur mieux pour que ces jeunes repartent à l’école. Pour la journée du mercredi 16 novembre, 150 repas ont été distribués. « L’opération va continuer dans le 6ème arrondissement et dans les autres arrondissements également aussi », souligne-t-elle.

L’opération ne concerne pas seulement que le repas. Des biens matériels sont aussi de la partie. « Je lance un appel aux personnes volontaires si elles ont des habits ou des chaussures non utilisés, qu’elles nous les apportent, on va donner aux personnes nécessiteuses. Il y a des gens qui ont vraiment besoin de ces habits. On écoute et on donne aussi de la joie », plaide Samira Abdelkerim.

L’initiative est lancée sur fonds propres des jeunes du groupe. Pour l’apport des autorités, les initiateurs de l’évènement demandent qu’elles assurent la sécurité des personnes et des lieux où le partage des repas aura lieu.