Politique – Deux ans après le décès du Maréchal du Tchad Idriss Deby Itno, quelques Tchadiens s’expriment sur leur espoir concernant le changement du pays. 

Le débat autour du changement au Tchad continue. Deux ans après le décès du Président de la République, le Maréchal Idriss Deby Itno, des Tchadiens estiment que le changement n’est pas pour aujourd’hui.

Parler de changement dans ce pays après la mort de Deby, répondre oui pour moi c’est peut-être la farce. Le Maréchal est mort, on a pensé qu’il va y avoir un grand changement mais si vous jetez un regard rétrospectif, il n’y a même pas un petit changement dans la gestion du pays et dans le quotidien des Tchadiens. On n’a pas de route, l’emploi pour les jeunes jusqu’aujourd’hui il n’y a rien, ils nous ont fait miroiter comme quoi tout va aller bien”, fait observer Allahissem Ange, journaliste de son état.

Il poursuit que tous ceux qui ont travaillé avec Deby continuent par travailler avec le régime actuel. “Donc c’est la même méthode. Les gens prennent des décisions à la hâte comme ils veulent, ils signent un décret antidaté… alors espérer à un changement, c’est hypothétique“, insiste le journaliste.

C’est aussi le même pour Mbaihoundakom Agrippa qui pense que : “Le Tchad ne va pas changer du fait que les dirigeants qui sont actuellement au pouvoir sont de la famille du défunt président.” D’après son analyse, les tenants du pouvoir ont été formés par le défunt président Déby. “Donc il n’y a rien à espérer d’eux“, a-t-il assené.

L’avènement de la transition juste après le décès du maréchal avait donné un grain d’espoir à certains Tchadiens. Cependant, il se disent déçus par les réalisations de la transition actuelle. “Il n’y a pas eu de de changement. Les choses se sont plutôt empirées après le décès du Maréchal. Je croyais que le Tchad allait peut-être partir sur de nouvelles bases, mais ce n’est pas vraiment ça. C’est plutôt la dictature qui est revenue au galop“, analyse Narcisse Dounbé.