vendredi 17 septembre 2021

Vaccin anti Covid-19: les priorités sont ailleurs, selon certains Tchadiens

SANTE – La campagne de vaccination anti Covid-19 a commencé ce 4 juin. Comment les Tchadiens accueillent ce vaccin ? Accepteront-ils de se faire vacciner ? Quelques-uns expriment leur doute et désapprobation.

Déjà, avec l’annonce de l’arrivée de la pandémie à coronavirus au Tchad, en mars 2020, beaucoup de Tchadiens étaient sceptiques par rapport à son existence. Malgré de nombreuses campagnes de sensibilisation sur la dangerosité de cette maladie, le doute plane toujours. Et les mesures barrières semblent être ignorées.

Avec les cas qui ne cessent d’augmenter et les pertes en vies humaines, le vaccin semble être ” le remède miracle” contre ce mal. Pour le ministère de la Santé publique, les personnes cibles sont notamment le corps soignant, les personnes âgées de plus de 65 ans, et les musulmans qui désirent aller au pèlerinage.

Pour certains citoyens rencontrés, c’est l’indifférence vis-à-vis de ce vaccin. Naneyom Élise, la cinquantaine révolue, tout en restant catégorique sur sa position de ne pas prendre ce vaccin, pense que ce n’est pas de cela dont la population a besoin. Mais plutôt de la nourriture et bien d’autres. ” Il y a tant de maladies pour lesquelles nous avons besoin de vaccin, ce n’est pas de ce vaccin dont nous avons besoin. Le paludisme, la typhoïde… On a besoin de nourriture, d’eau, d’électricité et bien d’autres choses. Ce vaccin n’a pas d’importance pour moi. Je ne le prendrai pas”, tranche-t-elle.

De son côté, Djeram Firmin, journaliste, affirme que “cette histoire des vaccins est à la limite une insulte au peuple tchadien. Il n’y a rien de sérieux. La cellule de veille est morte depuis longtemps. On demande aux gens de s’autoconfiner sans les mesures d’accompagnement. Depuis l’histoire de Covid, il n’y a jamais eu de confinement dans ce pays. On communie tous les jours avec les gens qui, dit-on sont testés positifs. On attribue les résultats du test par rapport à l’humeur et à la tête du patient. Ces vaccins, nous n’en avons pas besoin. Je crains que ce soit plutôt du poison. On ne peut pas sacrifier un peuple pour garder des bonnes relations diplomatiques. Nous avons plutôt besoin de la nourriture, de l’énergie, de la sécurité, de la bonne gouvernance.”

Ngargoto Victor, la soixantaine rejoint aussi certains de ses compatriotes. ” Je ne vais pas accepter de me faire vacciner avec ce soit-disant vaccin contre Covid-19. Les blancs ont souvent l’habitude de fabriquer les choses et de nous envoyer des mauvaises qualités en Afrique. D’ailleurs, la Covid-19 n’est plus au Tchad depuis un certain moment. En plus, cette pandémie n’est rien d’autre que le rhume auquel nos grands parents faisaient face”, minimise-t-il.

Par contre, Ndjeguedem Benjamin ne partage pas ces avis. Selon lui, la Covid-19 existe bel et bien et donc, le vaccin est nécessaire. ” Si je n’avais pas pris, je vais prendre parce que je sais qu’en Europe et partout d’ailleurs les gens ont pris. Mais heureusement que je l’ai fait. Beaucoup de Tchadiens n’ont pas cru en l’existence de ce Covid-19. Mais en tant qu’intellectuel, je ne peux pas penser comme tel”, estime-t-il.

Laisser un commentaire

économie

Tchad : le maire de N’Djamena invite ses concitoyens à sortir massivement le samedi dès 6 heures pour la journée mondiale du nettoyage

Dans un communiqué rendu public ce vendredi 17 septembre, le maire de la ville de N'Djaména, Ali Haroun invite ses concitoyens à sortir dès...

Tchad : l’ONASA subventionne le prix du sac de riz de 50 kg en faveur des couches vulnérables

MESSAGE - En réponse à la cherté de la vie, l'Office national de sécurité alimentaire (ONASA), subventionne le prix du sac de riz de...

Recevoir la newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour ne rien rater de l’actualité tchadienne.

Publicité

Publicité SoGe Sidebar

SOGE 4

Sondage

Que voudriez-vous voir plus souvent sur Tchadinfos.com ?
411 votes · 412 réponses

Application Tchadinfos.com

Publicité