Tchad : lancement dans 5 provinces du  programme  Sécurité alimentaire et nutritionnelle

Tchad : lancement dans 5 provinces du programme Sécurité alimentaire et nutritionnelle

Le ministère de l’Economie et de la Planification du Développement, et l’Union Européenne, ont procédé ce samedi au lancement du Programme Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle (SAN) qui vise à réduire la malnutrition dans les zones rurales.  

Il s’agit du plus ‘’grand projet’’ de développement qui résulte de la coopération entre le gouvernement tchadien et  l’Union Européenne, principal bailleur. C’est un « premier programme au Tchad qui fait intervenir plusieurs ministères et acteurs autour d’un objectif commun » souligne le ministre de l’Economie, Issa Doubragne.

Le programme SAN implique 5 département ministériels en charge de : l’Economie et de la Planification du Développement, l’Agriculture, les Infrastructures et les Transports ; la Santé publique et l’Environnement.

Les ministres concernés/ph Almardi Charfadine / Tchadinfos

Le programme Sécurité alimentaire et nutritionnelle s’étend sur 5 domaines à savoir : l’Agriculture durable ; l’Eau, l’Assainissement et l’Hygiène ; l’accessibilité et la mobilité rurale et enfin l’amélioration de la gouvernance en matière  de sécurité alimentaire et nutrition au niveau institutionnel. Le programme SAN sera mis en œuvre dans 5 provinces du Tchad où la malnutrition sévit avec acuité. Il s’agit notamment du Logone Occidental, de la Tandjilé, du Guera, du Ouaddaï et du Wadi-Fira.

L’objectif de ce programme qui s’inscrit dans la ‘’vision 2030, le Tchad que nous voulons’’ consiste essentiellement à réduire de manière significative la prévalence de la malnutrition chronique au Tchad. «  Toutes les parties prenantes doivent jouer le jeu ensemble pour mener à bien ce programme » demande le représentant de l’UE.

2 Commentaires

  1. Pantouin Adjinsala
    30 mai 2020 at 23 h 07 min Répondre

    Très Bonne initiative a aplaudir !
    Suis vraiment un passionné de la lutte contre la malnutrition, mais le grand problème c’est de pouvoir résoudre le problème de formation.il manque et j’irai même dire il n’y a pas d’écoles de formation en nutrition à part quelques écoles agricoles.suis étudiants dans le domaine, mais j’ai pas cette possibilité de le faire au pays par manque d’institution

  2. markhani ali
    5 juin 2020 at 20 h 25 min Répondre

    L’intervention de l’État sur le plan économique est vivement souhaitable et ce programme est énormément admiré. La question reste à savoir : pourquoi avec tout les efforts que le gouvernerment a consentis les résultats semblent loin d’être posititis ?

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :