La 20e Journée mondiale du donneur de sang qui se célèbre ce 14 juin 2024 est une occasion de réfléchir aux réalisations, aux défis et d’envisager un avenir où l’accès universel à la sécurité transfusionnelle serait une réalité.

L’objectif principal de la Journée mondiale du donneur de sang est de remercier les millions de donneurs de sang volontaires qui ont contribué à la santé et au bien-être de millions de personnes dans le monde, et leur rendre hommage, présenter les réalisations et les défis des programmes nationaux de transfusion sanguine et faire part des meilleures pratiques et des enseignements tirés et promouvoir une culture de don de sang régulier auprès des jeunes et du grand public et accroître la diversité et la durabilité du vivier de donneurs de sang.

Les transfusions de sang et de produits sanguins contribuent à sauver des millions de vies chaque année. Elles peuvent aider à prolonger la vie de patients souffrant de maladies mortelles et à améliorer leur qualité de vie, et sont utilisées lors d’actes médicaux et chirurgicaux complexes. Elles jouent aussi un rôle essentiel et vital dans les soins de la mère et de l’enfant, et lors des interventions d’urgence en cas de catastrophes d’origine humaine ou naturelle.

Selon l’agence onusienne en charge de la santé, tout système de santé efficace doit absolument disposer d’un service qui permette aux patients d’accéder à du sang et à des produits sanguins sécurisés en quantité suffisante. Les dons réguliers par des donneurs volontaires non rémunérés sont le seul moyen de garantir un approvisionnement suffisant en sang. Toutefois, dans de nombreux pays, les services de transfusion sanguine sont confrontés à la difficulté de trouver suffisamment de sang tout en en assurant la qualité et la sécurité.

Après plusieurs appels à l’aide lancés par l’Établissement du sang français (ESF), de nombreux donneurs se sont rendus dans les centres de collecte en 2023. Ainsi, grâce aux 1.571.605 donneurs (1.545.814 en 2022), 2.678.054 de dons ont pu être effectués. À l’échelle planétaire, l’Organisation mondiale de la santé a estimé le nombre de dons à 118,5 millions chaque année, dont 40 % proviennent des pays à revenu élevé.