La coordination de N’Djamena du Réseau des Anciens Jécistes d’Afrique, section du Tchad (RAJAT), a organisé la 2e éditions du “Dimanche RAJAT” ce dimanche 16 juin à la paroisse Sacré-Cœur dans le 6e arrondissement de la capitale.

La paroisse Sacré-Cœur a l’honneur d’accueillir la 2ème édition de ce grand rendez-vous des Rajécistes qui est à sa deuxième expérience ce dimanche 16 Juin 2024 autour du thème “les sacrements et leurs applications au quotidien”. Le “Dimanche RAJAT” a été conçu comme une occasion de rassembler les anciens jécistes pour renforcer les liens communautaires et explorer des opportunités de collaboration.

L’événement a débuté avec un exposé-débat sur le thème choisi pour cette 2e édition, les membres et les participants se sont plongés dans des discussions sur la signification des sacrements dans la vie des individus, ainsi que sur la manière dont ces principes sacrés peuvent être intégrés et vécus de manière tangible au jour le jour. Des échanges animés ont permis d’explorer en profondeur la pertinence et l’impact des sacrements dans un contexte contemporain.

“Le sacrement est un acte sacré ayant pour but la sanctification du fidèle qui le reçoit. Pour les chrétiens, c’est par les sacrements que Dieu leur fait signe, les interpelle et les fait entrer en relation avec Lui, dans son alliance et les conduit ainsi à la vie éternelle”, rappelle l’Abbé Ningatoloum Séverin, dans ses explications.

Selon lui, le sacrement est un rite religieux qui consiste en un signe visible et concret de la grâce divine, ayant pour but de sanctifier les hommes. Le baptême, le mariage, mais aussi l’eucharistie ou la confession font partie des sacrements chrétiens.

Il souligne que les sacrements sont alors des paroles, des gestes (ex: poser les mains), des signes et des symboles par lesquels l’être humain communique avec le Christ afin d’être uni à lui (Cf. Catéchisme de l’Église catholique, nº 1146). “Dans le sacrement, le geste du célébrant est accompagné d’une parole de Dieu, signe visible, symbole, expression du don gratuit de Dieu, de la grâce et de son action dans nos vies.” Confie-t-il.

Avec un programme diversifié, la journée a été caractérisée par des activités culturelles et des échanges.