Le gouvernement centrafricain a fixé les tarifs planchers des transports routiers publics urbains et interurbains dans le pays, les prix des taxis, des bus, des minibus et des moto taxis ayant augmenté de 25% à 50%, selon un arrêté conjointement signé lundi par les ministères des Transports et de l’Aviation civile, et du Commerce et de l’Industrie.

Cette augmentation de prix est intervenue une semaine après qu’un autre arrêté interministériel a augmenté les prix des hydrocarbures sur toute l’étendue du territoire national.

D’après Dominique Yandocka, le président de la Commission de la production, des ressources naturelles et de l’environnement, l’augmentation des prix des hydrocarbures a pour but de rehausser le niveau des recettes et d’uniformiser les prix du secteur pétrolier à la pompe et au dépôt de stockage des hydrocarbures.

Après la publication de l’arrêté conjoint, certains Centrafricains ont exprimé leur mécontentement sur l’augmentation des prix de transports publics urbains et interurbains.