TIC : un don de 18 milliards 961 millions de FCFA pour la fibre optique reliant le Tchad au Niger

0
17

VIDEO – Le Gouvernement tchadien et les partenaires qui sont la Banque Africaine de Développement (BAD) et  l’Union Européenne (UE) ont procédé, ce vendredi 31 mai, au Ministère des postes, des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication à la signature d’un contrat de construction de la fibre optique qui va connecter  N’djamena à Niamey (Niger).

La construction de cette fibre optique reliant N’djamena à Niamey entre dans le cadre du projet de la Dorsale Transsaharienne à Fibre Optique (DTS), financé par la BAD et l’UE dont le montant s’élève à 18 milliards 961 millions de FCFA.

Pour relier  les deux pays (Tchad-Niger), la DTS s’étend sur une distance de 1510km en passant  par  Massaguet, Massakory, Bol, Daboua et le Niger.  

« Ce projet vise à favoriser l’émergence d’une économie numérique au Niger et au Tchad, à travers la réduction de l’exclusion spatiale et l’écart en termes de capacités de transmission dans les régions situées à l’intérieure du pays », souligne le ministre de l’Economie et Planification du Développement, Dr Issa Doubragne.

La signature de l’accord de la DTS/ Ph

Les opportunités de DTS

  • Désenclaver numériquement le Tchad par le renforcement et la sécurisation de la connectivité internationale large bande N’djamena-Mbéré et N’Djamena-Adré ;
  • Faciliter l’accès aux services des télécommunication/TIC de qualité et fiable à la population, à l’administration et aux entreprises ;
  • De contribuer à la réduction de la pauvreté par la création des nouvelles sources de revenues ;
  • Consacrer la place centrale du Tchad dans l’acheminement des trafics entre les façades orientales et occidentales du continent.

« La DTS tant attendue contribuera considérablement à l’éclosion d’une économie digitale, source de création de richesses et d’emploi pour la jeunesse tchadienne » se réjouit le ministre  des Postes, des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication, Dr Idriss Saleh Bachar.

Leave a Reply