fbpx
Terrorisme : ce qu’il faut retenir du sommet G5 Sahel de Nouakchott

Terrorisme : ce qu’il faut retenir du sommet G5 Sahel de Nouakchott

SECURITE – Les chefs d’État du G5 Sahel et celui de la France ont pris part au sommet de Nouakchott en Mauritanie, le 30 juin. Les conséquences sanitaires, économiques et sociales de la Covid-19 ainsi que la recrudescence du terrorisme ont été au coeur des discussions.

Ce sommet du G5 Sahel marque une nouvelle étape dans le suivi des engagements communs pris lors du sommet de Pau en France le 13 janvier.

A RELIRE : Le président Deby à Nouakchott pour prendre part au sommet G5 Sahel

Au coeur des discussions: la pandémie de coronavirus. Celle-ci affecte gravement les pays du G5 Sahel déjà fragiles : ils risquent une contraction sérieuse du produit intérieur brut (PIB), qui selon le communiqué final du sommet, peut aller “pour certains États de 7 à 8% en 2020”.


Les chefs de l’État du G5 Sahel ont également saisi l’opportunité de renouveler leur appel à l’annulation de la dette extérieure des pays membres du G5 Sahel. C’est l’une des mesures fortes que l’on peut lire dans la “déclaration de Nouakchott sur la pandémie de Covid-19” lors de la session extraordinaire de la conférence des chefs d’État du G5 sahel du 27 avril 2020.

A RELIRE : G5 Sahel : 4e réunion du comité de suivi des engagements du Sommet de Pau

Autre sujet abordé : la lutte contre le terrorisme. Les chefs de l’État du G5 Sahel ont salué l’engagement des effectifs supplémentaires de la force Barkhane. Le succès de l’opération dite “colère de Boma” dans la région du Lac Tchad contre les factions de Boko Haram a par ailleurs été saluée, sans perdre de vue l’adoption par la Cédéao d’un plan d’actions prioritaires 2020-2024 pour éradiquer le terrorisme dans l’espace Cédéao.

Dans cette même lancée, des inquiétudes ont été exprimées face à l’expansion de la menace terroriste dans la sous-région. Une “action collective et énergétique” est nécessaire selon les pays membres en vue de l’éradiquer.

En ce qui concerne le renforcement des capacités des États, les chefs d’Etats ont insisté sur la nécessité de poursuivre et de renforcer l’appui en équipements des forces de défense et de sécurité des États membres du G5 Sahel, y compris en matière de formation.

Mobiliser les ressources

La question de la mobilisation des ressources pour le développement de l’espace G5 Sahel n’a été perdu de vue. Ils ont rappelé l’importance du Programme d’investissement prioritaire (PIP) pour les populations du Sahel. Tous invitent la communauté internationale à libérer l’ensemble des fonds promis lors du sommet de Nouakchott du 6 décembre 2018.

A RELIRE : Sommet des chefs d’Etat de pays du Sahel à Nouakchott

Le prochain sommet se tiendra courant 2021 dans l’un pays du G5 Sahel. Ainsi, la coalition pour le Sahel y sera associée.

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :