Tchad : visite du secrétaire général du CAMES à  N’Djamena

Tchad : visite du secrétaire général du CAMES à N’Djamena

Le secrétaire général du Conseil africain et malgache pour l’Enseignement  supérieur (CAMES), Mbatchi Bertrand est arrivé dans la  soirée de ce mercredi 11 septembre 2019 au Tchad.  

Il aura durant son séjour  au Tchad, plusieurs séances de travail  dont une audience ce jeudi 12 septembre avec le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Dr Houdeingar David Ngarimaden puis une rencontre avec les promoteurs des établissements de formation  supérieure privés le vendredi 13 septembre CNRD.

La question de reconnaissance et l’équivalence des Diplômes, la problématique de l’évaluation des enseignants-chercheurs et chercheurs arabophones par le CAMES et bien d’autres sujets feront l’objet de ces différentes rencontres. 

Un commentaire

  1. Dr ALYO Patrick
    15 septembre 2019 at 15 h 22 min Répondre

    Bienvenue SG du CAMES. Nous sommes en train de parler du système d’enseignement du supérieur où les aînés ont orateurs que les cadets évoluent en grades. Ils sont très contents qu’on dise toujours qu’ils les seuls, les plus forts…
    Comment peut-on avancer dans la science en rejetant ou en éloignant ceux qui sont censés vous talonner? Il faut accepter et rapprocher les cadets qui ont la volonté que de les rejeter et les envoyer tout le temps au fond du pays en froissant leurs profils professionnels.
    Autres choses qui fait mal c’est la délivrance des diplômes dans l’une des universités dit arabophones où les élèves/étudiants font trois ans sur les bancs en étudiants les mêmes programmes que leurs camarades du programme francophone mais à la grande surprise, ceux dits arabophones sortent nantis des diplômes de techniciens supérieurs qui est l’équivalent du M1. Lorsqu’ils nous arrivent sur le terrain, avec des bulletins de salaire qui talonnent les docteurs ils sont en dessous du niveau de connaissance des agents techniques de santé réguliers.
    J’ai eu a à encadré des jeunes fonctionnaires affectés régulièrement par la fonction publique en tant que technicien supérieur en obstétrique arabophones qui n’ont jamais réalisé un touché vaginal durant leur cursus.
    C’est dommage pour ce pays de merde où on s’amuse avec la vie des concitoyens.
    Condamnez-moi ou sanctionnez-moi si vous voulez mais j’aurais contribuer du bas de la tribune. Merci

Laisser un commentaire