Tchad : pourquoi Alixe Naïmbaye et Boukar Michel ont-ils été évincés du gouvernement ?

Tchad : pourquoi Alixe Naïmbaye et Boukar Michel ont-ils été évincés du gouvernement ?

Le chef de l’État Idriss Déby Itno, par un décret rendu public, ce vendredi 11 janvier 2019, a mis fin aux fonctions de deux membres du gouvernement à la surprise générale. Tchadinfos.com revient sur les raisons du limogeage de ses deux personnalités entrées dans le gouvernement au lendemain de la naissance de la 4e République.

Alixe Naïmbaye, les fournisseurs d’accès internet et les agents de la Poste

La désormais ex-ministre des Postes, des Nouvelles technologies de l’Information et de la Communication a été congédié selon nos sources suite à des démêlé avec les FAI (Fournisseurs d’Accès Internet) et quelques personnes du ministère.

Elle serait en bisbille depuis quelques semaines avec les fournisseurs d’accès internet. Ces derniers lui reprochent de privilégier les sociétés internationales (Airtel & Tigo) au détriment des nationales. Ils « estiment qu’Alixe Naïmbaye serait de connivence avec les compagnies multinationales pour les écarter ». Les fournisseurs avaient même boudé une rencontre sur la segmentation des prix d’internet, fin décembre 2018, pour protester.

À l’occasion, les fournisseurs d’accès internet du Tchad avaient remis un document dans lequel toutes leurs doléances sont consignées, à la Commission des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication de l’Assemblée nationale. Le président de cette Commission a promis de transmettre le document à qui de droit. Au cours de cette rencontre qui a duré plus de quatre heures, beaucoup prédisaient déjà un probable départ d’Alixe Naïmbaye.

Chose étonnante la ministre était en réunion avec les mêmes FAI lorsque la nouvelle de son éviction du gouvernement est tombée. Selon les personnes qui ont pris part à cette réunion, cela s’est bien passé avec à la clé la mise en place d’un cadre de concertation. Ils ont mis fin à leurs revendications et reconnu leur besoin d’accompagnement.

L’autre épine sous les pieds d’Alixe Naïmbaye : les arriérés de plusieurs mois de salaires des agents de la Poste. Ces derniers avaient protesté en fin décembre 2018 pour réclamer le paiement de leurs arriérés. Ils ont même bloqué les fonctionnaires de l’État dont les salaires doivent passer par la poste. Il a fallu plusieurs manœuvres pour décanter la situation, sur 10 mois d’arriérés 8 mois ont été payés.

Plusieurs caciques du département des Postes, des Nouvelles technologies de l’Information et de la Communication, avaient prédit son départ. Car, certains fonctionnaires de ce ministère reprochent à leur ex-ministre de travailler seule sans tenir compte des propositions des autres agents de son département.

Ajouter à cela toutes les interférences et les influences qui essaient de placer leurs pions aux postes stratégiques auxquelles la Ministre ne donnait pas de suite favorable.

Alixe Naïmbaye quitte le ministère des TIC avec à son actif, l’aboutissement du processus de financement de la Dorsale Transsaharienne qui était bloqué depuis des années. La dorsale permettra de relier les réseaux de fibre optique du Niger, du Tchad, du Bénin et du Burkina Faso. Elle renforcera l’accès au haut débit et permet de garantir des services de télécommunication de qualité à un prix abordable, tant pour les populations que pour les entreprises. À cet effet, l’Union européenne (UE) et la Banque africaine de Développement (BAD) ont octroyé un don de 29 millions d’euros en guise de soutien au projet.

Il y’a aussi le projet de la fibre optique en provenance du Soudan, un accord sur l’exploitation de la fibre optique sur l’axe N’djamena-Adré a été signé entre le ministère des postes et des nouvelles Technologies, de l’information et de la communication et l’entreprise tchado-soudanaise « Souda-Tchad ». Sa commercialisation est imminente nous a-t-on fait savoir.

Et tout dernièrement, l’aboutissement d’un autre projet initié depuis des années et qui avait du mal à se concrétiser, la mise à disposition de tous les ministères par l’ADETIC d’un site internet.

Boukar Michel, les sociétés pétrolières et les missions officielles à l’étranger

Boukar Michel, l’expulseur de l’ex-directeur général de la Société de Raffinage de N’Djaména (SRN), M. Xu Zhihong, est débarqué de gouvernement à son tour pendant qu’il est en mission à Abu Dhabi aux Émirats arabes unis. Rien ne filtre aussi sur les raisons de son limogeage, mais sa dernière visite au champ pétrolier de Komé, dans la province de Logone oriental n’aurait pas plu aux autorités. Cette visite qui s’ajoute à plusieurs autres séries de visites sur les sites pétroliers, exploités par des entreprises chinoises, américaines, ou autres, le ministre en tant que technicien de ce département a dénoncé certaines pratiques de ces sociétés. Il a oublié que « dans ce pays, il y a des deals nocturnes » avec certaines sociétés où l’on ne doit pas toucher à leurs intérêts.

L’autre problème : on reproche à Boukar Michel, d’après des sources au ministère du Pétrole et de l’Énergie, de répondre à toutes les invitations adressées à son département par des partenaires extérieures. Il effectue plusieurs missions officielles à l’étranger.

L’on retiendra que Boukar Michel a marqué son passage au ministère du Pétrole. Des textes régissant le secteur de l’énergie au Tchad longtemps abandonnés dans les tiroirs ont été dépoussiérés et réactualisés, le ministre lui-même a retrouvé plus ou moins un souffle nouveau.

Instabilité gouvernementale freine le développement

Cependant, le départ de Boukar Michel et d’Alixe Naïmbaye vient une fois de plus confirmer l’instabilité gouvernementale dans le pays. Des observateurs publics avertissent qu’à ce rythme où tout est instable dans un pays qui vit pour la première fois de son histoire une décennie de stabilité, le développement et l’émergence tant souhaités ne seront que des vains mots.

Intérim assuré par les ministres de Finances et celui de la Communication

Leur intérim est assuré pour le pétrole, par le ministre des Finances et du Budget, celui de la Communication porte-parole du Gouvernement se chargera des Postes, des Nouvelles technologies de l’Information et de la Communication. L’acte officiel marquant un terme aux fonctions de ces deux membres du gouvernement ne donne aucun détail sur le motif de leur limogeage.

Les Tchadiens attendent un remaniement très prochainement Les départs de ces deux membres du gouvernement interviennent, pendant que, les Tchadiens ont les yeux rivés sur le Palais Rose, pour la publication de la liste du nouveau, en ce début d’année. Le président de la République vient par ce décret renforcer le suspens. Désormais, la course pour la succession est lancée. Les moutons et les poulets à couleur unique se vendront très cher dans nos marchés en attendant la nouvelle liste du nouveau Gouvernement « dit électoral

2 Commentaires

  1. abdramandjibrin
    12 janvier 2019 at 18 h 51 min Répondre

    Commentaire un ministre peux vendre un puits de pétrole sans l’accord de ses supérieurs ?

  2. Djimodoum ngaoundo
    13 janvier 2019 at 10 h 27 min Répondre

    Ce n’est qu’au Tchad de Idriss Deby qu’on peux évincer un ministre de pétrole du gouvernement suite à ses visites sur les champs pétroliers et ses missions officielle à l’étranger. C’est autant exposer le pays. On ne reproche que par le limogeage et des humiliations alors, comment peut on réussir a s’en sortir du chao ? Mr Deby doit respecter ses Ministres et prendre des décisions responsables pour que ses hommes qu’il a lui même fait confiance puissent avoir une stabilité morale et professionnelle afin de faire fonctionner les ministères. Y’a t’il des conseillers à la présidence ?

Laisser un commentaire