Tchad : le président Déby promet d’augmenter le budget du ministère des Affaires étrangères

Tchad : le président Déby promet d’augmenter le budget du ministère des Affaires étrangères

DIPLOMATIE – La conférence des ambassadeurs et représentants des institutions diplomatiques du Tchad a été clôturée ce jeudi par le président Idriss Déby Itno. Recommandations et promesse ont été faites pour un nouvel élan.

L’objectif de cette conférence est de renforcer l’appareil diplomatique tchadien pour des fins plus modernes, efficaces et efficientes. Du 19 au 21 novembre, s’est tenue à N’Djamena, la rencontre annuelle des ambassadeurs et des représentants des institutions internationales.

Placée sous le thème « renforcement de l’outil diplomatique face aux défis sécuritaires et de développement durable », cette réunion a permis aux diplomates tchadiens de discuter des questions du rôle de l’outil diplomatique dans la mobilisation des financements extérieurs ; du développement durable au cœur de l’action publique ; des orientations de la politique étrangère du Tchad et le positionnement stratégique du Tchad mais aussi du renforcement des capacités de l’outil diplomatique. Ces sous-thèmes ont donné lieu à des recommandations à la fin des discussions.

Les recommandations de la conférence

Les participants ont formulé tour à tour les motions et recommandations. Pour la première thématique accès sur « le rôle de l’outil diplomatique dans la mobilisation des financements extérieurs », après débat, plusieurs recommandations ont été formulées dont :

  • Renforcer le leadership du ministère des Affaires étrangères dans la coordination des actions liées à la diplomatie économique ;
  • Assurer le paiement régulier des cotisations du Tchad aux organisations internationales, régionales et sous régionales en inscrivant le montant de ces contributions dans le budget du ministère des Affaires étrangères afin d’éviter d’être pénalisé par rapport aux opportunités qu’elles offrent.
  • Doter les Représentations diplomatiques en personnel qualifié et en moyens financiers conséquents pour mieux accomplir leur mission ;
  • Prendre les dispositions nécessaires pour que toutes les informations en provenance et à destination des missions diplomatiques passent par le ministère des Affaires étrangères ;
  • Assurer une meilleure coordination entre le ministère des Affaires étrangères et les autres départements ministériels ;
  • Établir des partenariats économiques et commerciaux à long terme et stable avec les pays amis offrant d’opportunités afin de promouvoir le commerce notamment dans les secteurs clés de l’économie nationale ;
  • Conclure des accords de promotion des investissements avec un certain nombre de pays cibles et adopter des mesures visant à accroître le commerce et les investissements sur le territoire national ;
  • Renforcer les capacités du ministère des Affaires étrangères et des Missions diplomatiques et consulaires auprès des pays et institutions offrant d’opportunités, en matière de négociation commerciale et de mobilisation des ressources ;
  • Renforcer la dimension économique et commerciale dans les visites et rencontres de haut niveau à l’étranger ;
  • Mettre en place une politique d’accompagnement des opérateurs économiques nationaux dans la promotion de leurs produits d’exportation et recherche des partenaires à l’étranger ;
  • Redéfinir et mieux articuler les rôles de l’ANIE et la Chambre du Commerce, d’une part, et entre celles-ci et les représentations diplomatiques tchadiennes en leur assignant les tâches principales.

A l’issus des débats du deuxième panel sur « Le développement durable au cœur de l’action diplomatique », des recommandations ont suivi aussitôt. Il s’agit de :

  • Formuler et adopter les politiques et stratégies nécessaires qui permettent à l’appareil diplomatique tchadien de mobiliser des ressources conformément aux priorités et objectifs contenus dans « la Vision 2030, le Tchad que nous voulons ;
  • Mobiliser les efforts diplomatiques pour apporter un appui technique et financier au renforcement des capacités des structures en charge de la protection de l’environnement ;
  • Formuler et mettre en œuvre des mesures incitatives visant à valoriser les apports de la diaspora dans l’objectif d’en faire un levier pour le développement du pays ;
  • Explorer les sources de financement public et privé susceptibles de concourir à la réalisation des objectifs du Plan National du Développement.

L’on ne s’arrête pas seulement là. Un troisième panel a dirigé les débats sur « les orientations de la politique étrangère du Tchad et le positionnement stratégique du Tchad ». Au bout des discussions, des recommandations ont été une fois de plus formulées par les participants. On peut retenir entre autres :

  • Intégrer la dimension développement dans les réponses sécuritaires de lutte contre le terrorisme dans les interactions avec les autorités des pays de leur accréditation ;
  • Exposer clairement aux autorités compétentes de leur pays d’accréditation la position et les préoccupations du Gouvernement tchadien sur les défis sécuritaires au Sahel et dans le Bassin du lac-Tchad ;
  • Faire le plaidoyer nécessaire auprès des partenaires pour que les efforts consentis par le Tchad pour faire face à ce fléau mondial soient appréciés à leur juste valeur par la communauté internationale et qu’elle assume sa part de responsabilité ;
  • Mettre en place une stratégie de promotion et de placement de l’expertise tchadienne dans les organisations régionales et internationales ;
  • Assurer la formation continue et la mise à niveau de nos diplomates y compris les Attachés de défense et encourager l’apprentissage des langues étrangères, notamment l’anglais.

Enfin, intervient les recommandations de la dernière thématique portant sur le « renforcement des capacités de l’outil diplomatique ». Ici aussi, plusieurs recommandations ont été formaulées entre autres :

  • Accorder au Ministère une autonomie de gestion à travers la mise en place d’un compte spécial ;
  • Organiser tous les deux ans la Conférence des Ambassadeurs ;
  • Doter le corps diplomatique tchadien d’un statut particulier ;
  • Trouver des opportunités avec certaines de nos ambassades pour que les diplomates nouvellement intégrés y passent un stage de courte durée afin de parfaire leur initiation ;
  • Doter les Missions diplomatiques et consulaires de documents de valeur sécurisés et uniformiser la gestion des recettes consulaires ;
  • Respecter le quota des femmes pour une meilleure représentativité ;

En prenant en compte toutes ces recommandations, le président de la République Idriss Déby Itno a tenu à signifier aux ambassadeurs que « l’élan de leurs travaux constitue un grand pas et un nouveau cap pour la diplomatie tchadienne ».

 ” Les moyens sont certes importants mais le plus important, c’est d’abord vous… ”

Idriss Déby, Président du Tchad

Il a reconnu, en outre, les manquements de l’Etat dans la mise en disponibilité des moyens au service des diplomates.  Mais il souligne que déjà, leur disponibilité est essentielle. « Les moyens sont certes importantes mais le plus important, c’est d’abord vous… C’est l’Homme que vous êtes. »  Idriss Déby Itno promet d’augmenter le budget du ministère des affaires étrangères à la hauteur de ses ambitions.

C’est en tout cas sur une excellente note que les rideaux de la Conférence des ambassadeurs, édition 2019, s’est fermée. Reste à savoir si les différentes recommandations seront respectées à la lettre pour plus de dynamisme dans la diplomatie tchadienne.

Laisser un commentaire