Tchad : le ministère de l’Enseignement supérieur ouvre deux écoles doctorales

Tchad : le ministère de l’Enseignement supérieur ouvre deux écoles doctorales

ENSEIGNEMENT – Le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, David Houdeingar Ngarimaden a inauguré ce 25 septembre deux écoles doctorales.

Il s’agit d’une école doctorale des Lettres, Sciences humaines et sociales et celle des Sciences techniques et Environnement. Ces écoles visent à contribuer à la formation des enseignants-chercheurs du Tchad. Ces écoles ont été créées par décret N°818/PR/PM/MESRI/2015 du 1er avril 2015. Ces écoles seront logées au campus de Toukra.

Pr Mahmout Yaya, en faisant la présentation de ces deux écoles doctorales, a fait passer des informations de première importance aux futurs doctorants et d’une manière générale à tous ceux qui sont intéressés par les recherches. Plusieurs activités ont été prévues comme l’organisation dans les prochaines semaines, des journées portes ouvertes et partenariales, l’ouverture des inscriptions et installation des formations doctorales logées dans les facultés et centres de recherche.

Le parrain de cette cérémonie inaugurale, Dr David Houdeingar Ngarimaden  estime que « la création de deux écoles doctorales limitera cette hémorragie voire cette fuite des cerveaux. » L’opérationnalisation de ces écoles permettra aux universités de jouer davantage un rôle prépondérant en tant que vecteur de développement socio-économique, informe-t-il

10 Commentaires

  1. Abdelkerim Ahmat Mahamat
    25 septembre 2019 at 16 h 31 min Répondre

    Je suis fière de la naissance de ce deux niveaux né . Mais la naissance entant que telle ne procure pas une réjouissance, c’est le point de départ d’une responsabilité. Je lance un appel au gouvernement et plus précisément au ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche . De mettre en œuvre tout les moyens nécessaires permettant au bon fonctionnement de ces deux écoles. . Entendu par moyen je fais allusion au moyen technique, humain, matériel, financièr et bien d’autres moyens. Il est vrai que tout début a une difficulté mais espérons que tout ira bien. . J’aimerais a ce que le gouvernement tchadien essayera d’assumer sa responsabilité quant pour assurer le bon fonctionnement de ce deux écoles. Vraiment pour entant que tchadien c’est une fierté pour moi de prendre connaissance de telles nouvelle . Mais le problème qui se pose : nous n’avons pas assez des encadreurs qui peuvent former nos enseignants. Alors est’il admissible qu’un titulaire de master ou doctorat forme de des enseignants qui ont le même niveau que lui?

  2. Djimet Ahmat Djimet
    25 septembre 2019 at 20 h 24 min Répondre

    vraiment c’est très bien Merci d’avoir donné votre avis.

  3. Mahamat Ahmat Hisseine Abgassi
    25 septembre 2019 at 22 h 45 min Répondre

    Très bonne idée Mr le ministre. j pense bien que cela pourra ouvrir de la créativité de nos chercheurs motivés.

  4. PALOUMA DJOURDEBBA
    26 septembre 2019 at 9 h 16 min Répondre

    Comme toute société, le Tchad doit faire un pas en avance tant sur le plan social, economique, culturel et scientifique car le développement d’un pays débouche ces derniers . l’idée qui alimentée la création de l’école est bonne car sans la science ou sans une culture scientifique, nous demeurerons une proie éternelle pour nos prédataires. Mais l’expérience nous a instruit sur les manières dont nos universités sont gérées du cycle licence au master avec une qualité d’enseignement moribond n’ayant doté aucune structure de recherches. C’est ce qui fait qu’il n’y a quasiment par les fruits de la recherche chez nous et de ce fait, sans perdre de vue sur les pertpetutés des grèves accompagnées d’élasticités des années dans nos établissements supérieurs. Les défis sont énormes et pour ne tenir qu’à ces quelques observations saignantes, nous espérons et comptons sur l’équipe qui aura à prédestiner cette pretigieuse école qui est la clé de développement sous d’autres cieux. Même si j’ai été long, nos préoccupations ne sont pas petites non plus concernant l’enseignement supérieur de chez nous.

  5. Abdelkerim Issa Djimmy
    26 septembre 2019 at 17 h 53 min Répondre

    Bien fait monsieur le ministre de l’enseignement supérieur, que les deux écoles seront conduites dans le bon vent !

  6. Saleh Ali Fadoul
    26 septembre 2019 at 20 h 14 min Répondre

    C’est avec une très grande joie et fierté que nous apprenons cette bonne nouvelle. Une opportunité en or que les enseignants chercheurs tchadiens doivent saisir pour la préparation des theses.
    Un hommage mérite au ministre de l’enseignement supérieur ainsi que tous ces prédécesseurs qui ont contribuer à ce projet.

  7. Abdraman Hassan Abdrassoul
    27 septembre 2019 at 10 h 25 min Répondre

    Je suis très ravi de l’ouverture de ces institutions.. pour qu’elles ne soient pas atteintes de la même souffrance que les autres…:la grève

  8. KOULARAMBAYE BAMYO FELIX
    27 septembre 2019 at 13 h 47 min Répondre

    Je suis ému par l’ouverture de ces deux écoles doctorales au Tchad. Cela permettra aux jeunes d’avoir un doctorat made in chad. Mais j’exhorte également le ministère en charge de faire en sorte qu’il n’y est pas de retard dans le processus de formation pour ces écoles doctorales. Merci

  9. ERBI ALKALI
    27 septembre 2019 at 19 h 34 min Répondre

    Sans risque, rien ne peut avancer. Accepter de vivre, c’est accepter d’aller en aventure. Or une aventure est un engagement. Porter un avenir doctoral est un honneur mais en même temps une porte aux critiques lesquelles peuvent être bonnes ou mauvaises. Tout compte fait, il faut savoir oser. Une personne isolée ne peut pas porter un projet à envergure durable. il faut qu’il y ait une synergie, une collaboration constructive. Avec ces deux ouvertures doctorales, beaucoup de chercheurs tchadiens et bien d’autres pourront exceller. J’espère tout simplement que ces deux écoles ne seront pas victimes de la médiocrité dans laquelle la machine éducative tchadienne se trouve plongée: ré-actualisation des programmes, morcellement élasticité des années académiques, “enterrement” des fonds des recherches … une école doctorale nécessite beaucoup d’investissement et d’abnégation. Je souhaite beaucoup de courage, de perséverence et d’endurance pour les initiateurs de ces écoles; et je souhaite bonnes recherches aux premiers aventuriers.

  10. Jebdang
    13 janvier 2020 at 16 h 17 min Répondre

    C’est une avancée louable mais le Tchad reste le Tchad, ce n’est pas pour autant douter de la qualité de l’enseignement qu’il y a dans ces écoles mais je réserve 25% pour le doute car la recherche a besoin d’argent pour fonctionner. Si l’état veut vraiment que ces écoles puissent fonctionner normalement qu’il assume ses responsabilités en tout et ce ne sera plus ces jeux traditionnels de non-paiement de salaire des enseignants car ce niveau n’est pas une blague. Les primes de recherche doivent être versés quotidiennement pour assurer un bon déroulement des programmes de recherche sinon tout ceci ne sera que formalité et non formation. Merci

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :