Tchad : Laï, bientôt le divorce avec l’obscurité

Tchad : Laï, bientôt le divorce avec l’obscurité

PADLFIT – Une centrale électrique d’une capacité de 0,5 mégawatts permettra à la ville de Laï d’être éclairée bientôt. Une nouvelle qui réjouit les opérateurs économiques de la ville à quelques jours de la restitution technique de la centrale.

Des enfants s’amusaient sous le lampadaire sur la route principale le dimanche 20 octobre. Depuis son tout premier démarrage le 2 octobre 2019, les habitants de Laï n’ont plus eu droit à la lumière. En effet, les travaux de remise en état de la centrale électrique commencés en fin septembre se sont achevés ce jour là. Le démarrage d’essai de ce dimanche est de bonne augure pour les commerçants de Laï.

« Il n’y a rien de meilleur que l’électricité. Nous étions impatients que cette centrale marche. Les avantages de l’électricité dans une ville sont connus. L’opérationnalisation de cette centrale nous permettra de rester ouvert plus tard, de conserver nos produits, etc. Merci au PADLFIT de nous redonner cet espoir », affirme Moussa Mahamat représentant des commerçants de la ville de Laï.

D’après les explications de Moussa Mahamat, avant cette centrale les commerçants disposaient d’un groupe. Et chaque commerçant et certains habitants de la ville payait entre 15 000 F CFA et 30 000 F CFA par mois selon leur besoin pour avoir accès à l’électricité.

Pour Mme Douma Natiringar, propriétaire de l’auberge La citadelle, l’électricité donnera à la ville de Laï une autre image et réduira les dépenses qu’elle consacre à l’achat du carburant pour le groupe électrogène. Située sur la route principale, la Citadelle est le point de chute des personnes en mission dans la ville. L’auberge dispose d’un groupe qu’on allume à 18h et qu’on arrête à 22h.

Directeur Technique de la centrale électrique de Laï, Monsieur Abbo Mahamat
© V. Remadji

La centrale électrique de Laï est constituée de deux groupes couplés de 300 kwh et de 200 kwh soit 500 kwh. Elle compte trois transformateurs dans les cabines et quatre transformateurs sur poteau appelé encore H61. Le réseau électrique de cette centrale est de dix kilomètres dans la ville. Selon le directeur technique de la centrale, Abbo Mahamat, elle fournit que 25 kwh de l’énergie à travers l’éclairage publique pour le moment.

Cette centrale électrique est un vieux projet de l’État qui peine à être opérationnelle. En effet, l’État a confié la construction et l’installation d’une centrale électrique dans la ville de Laï à l’entreprise Tropic Sarl. Depuis la fin des travaux en 2015, la centrale n’a pas donné de l’électricité à cause des problèmes de paiement des factures.

Le PADLFIT a trouvé un compromis entre les deux parties. Il a financé à hauteur d’environ 20 millions F CFA, la réparation des installations de la centrale endommagée par les intempéries et les rongeurs depuis 2015. Le PADLFIT s’est aussi engagé à appuyer le comité de gestion dans le fonctionnement de la centrale durant un temps. La restitution technique de la centrale électrique de Laï se fera dans les jours à venir.

Un commentaire

  1. Elgué Tchadna
    27 octobre 2019 at 7 h 50 min Répondre

    L’électricité oui mais l’État de nos route laï-kelo,laï-doba, et laï-djoumane???

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :