Tchad : la situation sur les deux ponts persiste, une ambulance sur place

CIRCULATION – Depuis 17 heures, les deux ponts situés sur le fleuve Chari, reliant N’Djaména aux quartiers périphériques, sont bouchés. Les conducteurs d’engins avancent à pas de caméléon. Alors qu’on est à 22 heures passées, aucune solution ne semble être trouvée. Une impasse.

La scène fait froid au dos. Des personnes exténuées, objets de valeurs, engins et des chaussures sont abandonnés. Selon un témoin, il y aurait même beaucoup de personnes évanouies, d’où l’arrivée d’une ambulance, pendant que des policiers en faction devant l’ambassade des États-Unis, sont obligés d’intervenir afin de réguler la circulation qui est loin d’être fluide.

Du petit marché aux poissons en passant par la station « Oil Libya » jusqu’à l’extrémité de l’église Universelle, il y a un monde fou.

Pour l’instant, personne n’est à mesure de donner avec exactitude la cause de cet embouteillage monstre.

Un commentaire

  1. Elysée Goodman
    6 décembre 2020 at 7 h 38 min Répondre

    La forte urbanisation de NDjamena ces dernières années est l’une des causes. La faillite de la filière coton ,le conflit agriculteur- éleveurs ,le manque d’emploi en milieu rural sont les principaux facteurs qui poussent de nombreux jeunes à s’installer à N’djamena.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :