Tchad : la qualité des médicaments préoccupe le ministère de la santé

Tchad : la qualité des médicaments préoccupe le ministère de la santé

SANTE- Les premières assises nationales sur les problématiques des médicaments au Tchad se tiennent du 16 au 18 avril à N’Djamena. Une initiative du ministère de la Santé publique et ses partenaires

La problématique des médicaments constitue un véritable problème de santé publique au Tchad. C’est pour trouver des solutions idoines à ce problème que le ministère de la Santé publique et ses partenaires organisent du 16 au 18 avril, à N’Djamena, les assises nationales sur les médicaments au Tchad, une première.

Ces assises qui dureront trois jours permettront aux participants de réfléchir et d’identifier les problèmes réels du secteur de la santé liés aux médicaments au Tchad. « Les médicaments constituent non seulement une composante essentielle du système de la santé mais conditionnent fortement le succès de toute politique en matière de santé publique », déclare le ministre d’Etat, ministre secrétaire général de la présidence, Kalzeubé Pahimi Deubeu.

LIRE AUSSI : des cabinets de soins et des dépôts pharmaceutiques à fermer à N’Djamena après une enquête

Malgré les multiples efforts fournis par le gouvernement, l’accès aux médicaments de qualité reste un problème réel de santé humaine et animale au Tchad. A titre illustratif, Kalzeubé Pahimi Deubeu précise que « la centrale pharmaceutique d’achat qui sert de catalyseur pour l’approvisionnement des formations sanitaires du pays en médicaments essentiels génériques et autres produits ne joue pas son rôle. » Ce qui favorise davantage la prolifération des médicaments de qualité douteuse autour des hôpitaux et centres de santé du pays.

Ces assises qui se tiennent à N’Djamena interviennent au moment où les médicaments suscitent des réflexions et des débats à l’échelle mondiale. « Il est primordial et fondamental pour le Tchad de travailler à promouvoir une politique de médicaments essentiels et de s’aligner sur les normes et lignes directrices recommandées par l’OMS en matière d’approvisionnement et de réglementation pharmaceutique », indique Jean-Bosco Ndihkubwayo, représentant de l’OMS au Tchad.

Durant ces trois jours, plusieurs thèmes seront débattus en vue de rendre plus accessible les médicaments en quantité et en qualité aux populations.

Laisser un commentaire